Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Blocage de la fac de Lettres à Nancy : fermeture administrative du campus

mardi 10 avril 2018 à 19:11 Par Léo Tescher, France Bleu Sud Lorraine

Après le refus de l'UNEF de participer à des négociations en vue de lever le blocage de la fac de Lettres de Nancy, le président de l'Université de Lorraine décide de la fermeture administrative du campus.

La faculté de Lettres est bloquée depuis le 22 mars.
La faculté de Lettres est bloquée depuis le 22 mars. © Radio France - Angleine Demuynck

Nancy, France

Après près de trois semaines de blocage du campus Lettres et Sciences Humaines à Nancy, le président de l'Université de Lorraine a décidé de sa fermeture administrative. Les cours ne reprendront donc pas ce mercredi 11 avril à 8h, contrairement à ce qu'avait décidé la majorité des étudiants interrogés lors d'une consultation électronique (70,5% pour).

L'UNEF ne reconnaissant pas cette consultation comme étant légitime, elle avait refusé de participer à des négociations ce mardi en vue de la levée du blocage. Elle souhaitait même le maintenir au moins jusqu'à la prochaine assemblée générale, prévue le 19 avril.

Les enseignements ne reprendront pas jusqu'à nouvel ordre". 

"Dans ces conditions, déclare le président de l'Université, la réouverture du campus ferait courir un risque majeur de confrontation entre étudiants". Pierre Mutzenhardt ferme administrativement le campus et dépose plainte "pour des dégradations, insultes, utilisation abusive d’image, diffamation, dégradation de bâtiment public".

Par ailleurs, les épreuves terminales seront reprogrammées dans d'autres lieux, aux mêmes dates et mêmes horaires. Pierre Mutzenhardt prévient que "ces épreuves seront sécurisées".