Société

Bohars : les résidents de la maison de retraite ne devront pas payer 485 euros de plus par mois !

Par Jérôme Collin, France Bleu Breizh Izel mercredi 18 janvier 2017 à 16:34

Les tarifs avaient augmenté de 31 % au 1er janvier 2017. Mais le mécontentement des familles de résidents a fait reculer la direction de l'EHPAD (photo d'illustration)
Les tarifs avaient augmenté de 31 % au 1er janvier 2017. Mais le mécontentement des familles de résidents a fait reculer la direction de l'EHPAD (photo d'illustration) © Maxppp - Claude Prigent / Le Télégramme

A Bohars (Finistère), la direction de la maison de retraite avait augmenté les prix de 31 % depuis le 1er janvier. Ce qui avait suscité un tollé auprès des familles de résidents. Elles ont finalement obtenu gain de cause. Mais il reste un déficit de 400 000 euros à combler.

Non, les familles de résidents de l'EHPAD de Kerampir, à Bohars (Finistère) n'auront pas à débourser 485 euros de plus chaque mois pour la prise en charge de leur proche ! La direction de la maison de retraite fait marche arrière face au tollé provoqué par cette augmentation de 31 %. Une hausse justifiée par de sérieux problèmes économiques : un déficit de 400 000 euros.

Dans un communiqué - nos coups de fil n'ont jamais eu de réponse - elle assure avoir "*_entendu les difficultés financières que pouvaient rencontrer certains résidents*_ et elle souhaite que les personnes accueillies aujourd’hui au sein de l’EHPAD puissent continuer à séjourner en toute sérénité".

C'est un vrai soulagement pour les familles. La plupart ne pouvaient pas supporter une telle augmentation !" Jo Magueur, représentant au conseil de vie sociale de Kérampir

Même après avoir obtenu gain de cause, certaines familles ont du mal à digérer les méthodes de la direction. Plusieurs ont donc pris contact avec d'autres maisons de retraite de la région brestoise. "Il y a un vrai risque de déracinement pour les personnes âgées, un risque qu'elles soient désorientées. Mais certaines familles ont vraiment mal pris le conflit avec la direction", explique Jo Magueur.

Malgré tout, il reste un déficit de 400 000 euros à combler

Jo Magueur réclame désormais une réunion avec la direction de l'EHPAD. "Ce n'est pas fini, il faut qu'on discute maintenant, parce qu'il va y avoir des augmentations de tarifs". Il faut en effet impérativement réduire le déficit de la maison de retraite, qui s'élève à plus de 400 000 euros.