Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Boire et conduire : les fausses bonnes idées à éviter pour le réveillon du Nouvel An

- Mis à jour le -
Par , France Bleu

Alors que près de 9 Français sur 10 prévoient de consommer de l'alcool le soir du Nouvel An, France Bleu fait le point sur les mauvais et les bons réflexes à avoir pour rentrer en toute sécurité.

Près de 9 Français sur 10 prévoit de boire de l'alcool le soir du Nouvel An
Près de 9 Français sur 10 prévoit de boire de l'alcool le soir du Nouvel An © Maxppp - Alexandre MARCHI

Comme près de 9 Français sur 10 (87%), vous boirez de l'alcool, mardi, pour le Nouvel An. Mais êtes-vous sûr(e)s de connaître les bons réflexes à adopter pour rentrer en toute sécurité, et ceux à éviter ? "Le café fait 'dessaouler'", "manger limite les effets de l'alcool", "deux heures après le dernier verre, tout est éliminé" : en dépit des campagnes de prévention, les idées reçues sur l'alcool sont encore légion. 

France Bleu fait le point avec Anne Lavaud, déléguée générale de l'association Prévention Routière à l'initiative de la campagne #BienRentrer, visant à inciter les Français à anticiper leurs retours de soirée.

Deux heures après le dernier verre, l'alcool est éliminé

"C'est faux" insiste Anne Lavaud, "une fois qu'on a consommé un verre d'alcool, l'alcoolémie grimpe pendant une heure, elle ne commence à décroître qu'après la première heure. Et il faut une heure pour que le corps élimine 0,10 gramme d'alcool par litre de sang. Donc pour évacuer complètement l’alcoolémie d'un verre, il faut compter deux heures plus une heure, celle pendant laquelle le taux d'alcoolémie grimpe." 

"L'un des grands réflexes des Français est de dire : 'je vais attendre [avant de prendre le volant, ndlr]', mais en réalité, ils ne savent pas combien de temps ils doivent attendre, 50% d’entre eux ignorent le temps d’élimination de l'alcool et 62% ne savent pas évaluer leur taux d'alcoolémie."

Je vais dormir deux ou trois heures, et je pourrai conduire en toute sécurité

"Dormir sur place est une très bonne idée, mais seulement si on fait une vraie nuit, c'est à dire si on dort minimum huit heures, soit le temps d'élimination de 0,80 gramme d'alcool par litre de sang" souligne la déléguée générale de l'association Prévention Routière. "À partir du moment où on se dit 'je vais dormir trois ou quatre heures', on se retrouve dans la même situation que lorsqu'on se dit 'je vais attendre'. On dort mais pas suffisamment pour avoir évacuer l'alcool. Que vous soyez éveillé ou que vous dormiez, vous éliminez l'alcool à la même vitesse."

En outre, rappelle Anne Lavaud, "quand vous cumulez la fatigue d'une nuit blanche, une consommation d'alcool et potentiellement une nourriture riche, vous vous exposez à un risque accru de somnolence."

Si je mange, mon taux d'alcoolémie sera moins élevé

"Faux. L'alcool ne se dilue pas dans le foie gras, le caviar ou dans le saumon. Et quand le foie, qui permet de l'éliminer, est, en plus, sollicité par une alimentation très riche, ça complexifie son travail" prévient Anne Lavaud.

Le café permet de "dessaouler" 

"Au même titre que l'alcool ne se dilue pas dans le foie gras, boire du café, manger du pain, consommer beaucoup d'eau, prendre un bonbon à la menthe ne permet pas de 'dessaouler'... toutes ces fausses bonnes idées sont plus risquées qu'autre chose."

Si je bois uniquement de la bière, je suis moins alcoolisé(e) que si je bois du whisky

"Nous avons l'habitude de nous dire 'deux verres ça va, trois verres bonjour les dégâts'. Quand on évoque ces 'verres', on pense aux doses standards servies dans les bars, les cafés et restaurants : 3 cl pour un verre de vodka, 10 cl pour un verre de vin à 12° et 25 cl pour un verre de bière à 5°. Mais en réalité quand vous servez un verre de whisky à de la famille où à des amis, chez vous, vous êtes beaucoup plus généreux et vous doublez cette fameuse 'dose bar'", explique Anne Lavaud. "En toute bonne foi, vous pouvez vous dire 'j'ai pris un verre de whisky' mais la réalité c’est que vous êtes déjà à deux 'doses bar', au-delà de la limite légale, et les fonctions cognitives sont déjà altérées par la consommation d'alcool." 

Conduire lentement compense les effets de l'alcool

"L'alcool modifie les fonctions cognitives : on perd l'équilibre, notre acuité visuelle est amoindrie, nos réflexes aussi. Que l'on conduise lentement ou que l'on emprunte des petites routes ne change rien, nos fonctions cognitives sont de toute façon altérées et face à un obstacle, on ne pourra pas réagir comme il faut."

Les hommes tiennent mieux l'alcool que les femmes

"Si on commence à dire qu'en fonction de la physionomie, de l'âge, du poids... c'est différent, on va créer des exceptions et chacun va aller chercher l'exception qui l'arrange. Il vaut mieux rester sur un standard unique : l'alcool s’évacue en une heure, à raison de 0,10 gramme par litre de sang, quelque soit la morphologie ou le sexe" insiste la déléguée générale de l'association Prévention Routière qui rappelle qu'en France, "80% des victimes de la route sont des hommes et les 20% de femmes restantes sont souvent victimes d'hommes qui étaient au volant." 

Les bons réflexes à adopter 

30% des accidents mortels qui ont eu lieu en 2018 étaient dus à l'alcool, deuxième cause de mortalité au volant après la vitesse excessive selon l’Observatoire national interministériel de la sécurité routière (ONISR). "Anticipez !" plaide Anne Lavaud, "la plupart du temps les soirées sont programmées, en particulier le 31 décembre, on peut donc anticiper son retour de soirée. Il est toujours temps de demander à ses amis si on peut dormir sur place ou de s'organiser pour désigner une personne, sobre, qui nous ramène."

  • Trouver votre Sam, un conducteur qui renonce à l’alcool. "En 10 ans, le nombre de personnes qui ont pris l'habitude de 'désigner un Sam' est passé de 44% à 59%" selon l'association.
  • Réserver un taxi ou un VTC
  • Prendre les transports en commun
  • Demander ou offrir l’hospitalité
  • Tester son alcoolémie.  Prévention Routière et Assurance Prévention ont notamment distribué près de 250.000 éthylotests gratuits dans une quarantaine de villes en France. Certains, nouvellement homologués, sont calibrés à 0,2 gramme d’alcool par litre de sang pour les permis probatoires. Il est possible également d’en acheter en grandes surfaces et dans les bureaux de tabac.
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu