Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Bordeaux : 80 personnes manifestent contre la fermeture du pont de Pierre

samedi 5 mai 2018 à 17:34 Par Thomas Coignac, France Bleu Gironde

Petite mobilisation ce samedi à Bordeaux, pour la manifestation "Marchons sur le pont" ce samedi. Environ 80 personnes ont dit leur volonté de ne pas lâcher, dans le conflit qui les oppose à la Ville. Ils espèrent que la mairie renonce à son expérimentation du pont sans voiture.

Les manifestants on défilé sur le pont.
Les manifestants on défilé sur le pont. © Radio France - Thomas Coignac

Bordeaux, France

"Il fait trop beau pour aller manifester, les gens sont à la plage". A 14 heures, place Stalingrad, ce samedi, il fait grand soleil et 25 degrés. Et les organisateurs s'inquiètent. Seulement une cinquantaine de personnes ont répondu à leur appel de "Marcher sur le pont". Elles sont un tout petit peu plus, environ 80, à 14h30, lorsque le cortège s'ébranle. Le manifestants marcheront jusqu'au bout du pont de pierre, avant de faire demi-tour. Une mobilisation faible, et pourtant, les revendications étaient nombreuses. 

Les revendications étaient nombreuses. - Radio France
Les revendications étaient nombreuses. © Radio France - Thomas Coignac

La principale était donc le refus de la fermeture du pont de pierre aux voitures, "sans concertation", disent les organisateurs. Effective depuis le mois d'août, cette expérimentation a été prolongée, le 22 janvier dernier, par Alain Juppé, jusqu'au mois de juin.

Mais dans cette convergence des luttes à la sauce bordelaise, il y avait aussi d'autres oppositions. Avec, au premier rang, le stationnement payant, qui fait toujours autant parler. Censé être effectif pour toute la ville intra-boulevard, il a été mis en place sur la rive droite, dans le quartier de La Bastide en octobre dernier. Mais, comme en mars dernier, Alain Juppé a reculé sur les quartiers de Caudéran et Saint-Augustin, les autres espèrent une égalité de traitement. 

Samedi, sur le pont, on a également parlé de "la dégradation de l'espace public", des "bouchons continuels", de la "pollution croissante", et de la "construction archaïque dans nos quartiers". 

Je n'ai jamais vu aussi peu de monde dans ma boulangerie 

"C'est un problème global, dénonce Marianne Grand, la coordinatrice de la Fédération des Motards en Colère en Gironde. Tous les usagers de la route sont impactés". Côté motards, on espère que la mairie autorise les deux roues à de nouveau emprunter le pont de pierre. "Au moins pour les gamins qui ont des scooters de 50cc, et qui sont obligés d'aller prendre le pont Saint-Jean, qui est dangereux, reprend elle. 

Les motards bien présents place Stalingrad.  - Radio France
Les motards bien présents place Stalingrad. © Radio France - Thomas Coignac

Mais les plus remontés, ce sont les Bastidiens. Les habitants comme Arnaud : "je devais emmener quelqu'un à l'hôpital Pellegrin, j'ai été pris dans les bouchons, j'ai mis une heure. Heureusement que ce n'était pas urgent". Mais aussi les commerçants, à l'image de Nathalie, qui travaille dans une boulangerie depuis 31 ans. Elle est au premier rang du cortège. "Je n'ai jamais vu aussi peu de monde dans la boulangerie, se lamente-elle. Je suis un peu déçue par le manque de monde. Mais on ne va rien lâcher". 

Une volonté partagée par Patrick Youf, le leader du mouvement, et président de l'association Esprit Bastide. "On a des difficultés, des licenciements économiques... Et ça concerne tout les types de commerce. Et pendant ce temps là, la mairie décide de tout. Il n'y a pas de concertation, pas de réunion". En février dernier, Alain Juppé avait annoncé que l’expérimentation du pont de pierre fermé était prévue jusqu'en juin. Les manifestants ont en tout cas promis de revenir. Plus nombreux, espèrent-ils. 

Manifestation haute en couleur. - Radio France
Manifestation haute en couleur. © Radio France - Thomas Coignac