Société

Bordeaux : à 81 ans, Michel va quitter son appartement qui sera rasé

Par Mélanie Juvé, France Bleu Gironde et France Bleu vendredi 27 janvier 2017 à 4:00

Michel Jussiaume (à gauche) ne sait pas où il sera relogé.
Michel Jussiaume (à gauche) ne sait pas où il sera relogé. © Radio France - Mélanie Juvé

Les militants du collectif Droit au logement (Dal) se sont mobilisés jeudi 26 janvier dans le quartier de la Bastide à Bordeaux. Ils protestent contre la démolition d'une barre HLM dans le cadre du projet de réhabilitation du quartier. Michel Jussiaume, 81 ans, va être relogé.

"On vit pas dans des taudis ! il y a peut être de la poussière dans les livres mais ça c'est différent...." sourit malgré tout Michel Jussiaume, 81 ans. Il veut prouver que son logement, comme d'autres de son immeuble, ne sont pas tous insalubres. C'est un des motifs qui serait avancé pour la destruction de la barre HLM D de La Benauge rive droite à Bordeaux. Michel vit depuis presque 50 ans dans son T4 avec son épouse, et il ne veut pas partir.

"Du jour au lendemain, on vous dit ouste ! "— Michel Jussiaume

"Ici il y a des commerces, les transports en commun sont pas loin, on a les commodités. Du jour au lendemain on vous dit allez ouste ! Vous vous rendez compte du traumatisme ?" déplore Michel, qui comme une centaine d'autres locataires, va devoir quitter son appartement. Et celui-ci, promet-il, a été réhabilité il y a dix ans. "L’électricité est aux normes, ils ont mis du carrelage dans la cuisine, un placard neuf...", énumère-t-il en montrant toutes les pièces de son 64m2.

La salle de bain de Michel a été réhabilitée en 2007. - Radio France
La salle de bain de Michel a été réhabilitée en 2007. © Radio France - Mélanie Juvé

Cela fait six ans que les habitants ont appris qu'ils devraient partir. Depuis, ils sont une trentaine à s'insurger contre la construction de bureaux et d'appartements standings à la place de leur immeuble. Des logements qui seront alors "inaccessibles aux petites bourses qui vivent ici" affirme Michel.

La banderole du collectif Dal devant la barre HLM menacée. - Radio France
La banderole du collectif Dal devant la barre HLM menacée. © Radio France - Mélanie Juvé

Selon lui, le bailleur Coligny va construire un bâtiment de 30 appartements pour reloger une partie des habitants à côté de l'immeuble bientôt rasé. "La majorité des gens veulent rester sur place ! Mais tout le monde ne pourra pas être relogé ici," s'indigne Michel. "On est dans des logements sociaux, sur Bordeaux ce sont les loyers pratiquement les moins élevés !" affirme -t-il.

Pas de date fixe

Concernant la démolition, les locataires n'en connaissent pas la date précise. Le bailleur social évoquerait 2018. Les locataires pourraient être relogés dans des communes de l'agglomération bordelaise, comme Bruges, Blanquefort ou Villenave d'Ornon.