Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Bordeaux : blocus à la faculté de la Victoire contre la réforme de la sélection à l'université

jeudi 1 mars 2018 à 11:12 Par Elie Abergel, France Bleu Gironde

Une centaine d'étudiants se sont mobilisés pour bloquer la faculté des sciences humaines de la Victoire à Bordeaux. Ils dénoncent une réforme de la sélection à l'université jugée "discriminante et libérale".

La hausse annoncée des frais d'inscriptions à l'université suscite la colère chez les étudiants.
La hausse annoncée des frais d'inscriptions à l'université suscite la colère chez les étudiants. © Radio France - Elie Abergel

Bordeaux, France

"Cette réforme va exclure du système les plus défavorisés et davantage creuser les inégalités". Pour Nathan, c'est clair, il fallait venir se mobiliser ce matin. "Emmanuel Macron envoie de mauvais signaux à la jeunesse" poursuit l'étudiant en géographie. Même s'il n'étudie pas à la faculté de la Victoire, il est venu par solidarité avec les autres étudiants. 

Le taux d'échec en L1 visé par le gouvernement 

Pour le ministre de l'Education nationale Jean-Michel Blanquer et Frédérique Vidal, la ministre de l'Enseignement supérieur et la recherche, le fort taux d'échec en première année est une des explications à la mise en place de cette réforme. Selon le gouvernement, ce taux serait de 60%.  

"Avec cette réforme, je n'aurais pas pu me réorienter"

Un argument malhonnête pour Kévin, étudiant en deuxième année de sociologie. "80 % des étudiants terminent la fac avec un diplôme" explique-t-il. Et de poursuivre, "je me suis réorienté après avoir fait du droit, donc en théorie je compte comme un échec, alors que je suis très épanoui aujourd'hui". 

Les étudiants sont déterminés à faire plier le gouvernement.  - Radio France
Les étudiants sont déterminés à faire plier le gouvernement. © Radio France - Elie Abergel

Les étudiants pas convaincus par Emmanuel Macron 

"Macron mène vraiment une politique libérale et réactionnaire" avance Kévin. "Entre cette réforme et la remise en place du service militaire, je ne sais pas à quels jeunes il cherche à plaire". Un avis que partage Durval, étudiant en sciences de l'éducation. "Avec la hausse des frais d'inscriptions, même pour les boursiers, Emmanuel Macron cherche de l'argent au mauvais endroit".