Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Bordeaux : commerçants, restaurateurs et artistes rassemblés pour dénoncer les mesures du reconfinement

-
Par , France Bleu Gironde

Alors qu'Emmanuel Macron doit faire de nouvelles annonces ce mardi, les gérants de commerces dit "non essentiels" se sont rassemblés avec d'autres professions à Bordeaux pour dénoncer les conséquences économiques de ce reconfinement.

Des gérants de commerces "non essentiels" mais aussi des artistes, des restaurateurs allongés place de la Comédie pour dénoncer les conséquences économiques du reconfinement.
Des gérants de commerces "non essentiels" mais aussi des artistes, des restaurateurs allongés place de la Comédie pour dénoncer les conséquences économiques du reconfinement. © Radio France -

Emmanuel Macron doit présenter les grande lignes de la suite du confinement qui s'annonce allégé ce mardi 24 novembre. Discours très attendu par les gérants de commerces dits "non essentiels" qui réclament une réouverture de leurs boutiques dès le samedi 28 novembre. Pour le moment le gouvernement réfléchit à une date "autour du 1er décembre."

Ce lundi, à Bordeaux, ils se sont donc mobilisés aux côtés d'autres professions pour dénoncer les conséquences économiques des dernières mesures prises pendant ce reconfinement. 

"Pour quelles raisons tout le monde travaille sauf nous ?"

Parmi les commerçants présents à la manifestation, Laurent, marchand de jouets de la rue du Pas-Saint-Georges : "Je suis conscient qu'il y a un problème en France avec le Covid, mais les clusters ne sont pas chez nous. On n'aurait jamais dû fermer. Pour quelles raisons tout le monde travaille sauf nous ?" 

Pour lui, la réouverture le dernier week-end de novembre est primordiale : "C'est la période la plus importante de l'année. Novembre et décembre représentent entre 50 et 60% de notre chiffre annuel". 

D'autres professions ont également participé à la mobilisation comme Rémi, restaurateur dans le quartier Pey-Berland. Lui, ne sait pas quand il pourra rouvrir : "La profession a été très bonne élève pour pouvoir accueillir les gens en toute sécurité. Et au dernier moment, on nous dit qu'on doit fermer et qu'on ne sait pas quand on rouvrira." 

Pour lui, la livraison n'est pas assez rentable et les aides annoncées par le gouvernement ne sont pas suffisantes. Sa crainte : que de nombreux restaurants et commerces bordelais finissent par baisser définitivement le rideau si la situation ne s'améliore pas. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess