Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Bordeaux : "On devient fou", les discothèques toujours fermées et sans perspective

-
Par France Bleu Gironde

Pas une seule soirée n'a été organisée dans les discothèques depuis le 17 mars. Six mois plus tard, ce mercredi 30 septembre, le patron de "La Plage", plus grosse boîte de nuit de Bordeaux, était l'invité de France Bleu Gironde.

La discothèque de Patrick Lalanne peut accueillir jusqu'à 5 ou 6 000 personnes.
La discothèque de Patrick Lalanne peut accueillir jusqu'à 5 ou 6 000 personnes. © Radio France

Alors que les bars doivent fermer à 22 heures à Bordeaux, les discothèques, elles, ne peuvent toujours pas ouvrir. Ce mercredi 30 septembre, le patron de La plage, la plus grosse discothèque de centre-ville en Europe, était l'invité de France Bleu Gironde.

Il y'a des bars qui sont devenus des discothèques."    
- Patrick Lalanne, patron de La Plage, plus grosse boîte de nuit de Bordeaux

Sa discothèque est fermée depuis mi-mars, les pertes s'accumulent et il n'a aucune perspective. "Si on nous avait donné une chance, on aurait été capable de respecter les protocoles, affirme Patrick Lalanne. J'ai des terrasses un peu partout, j'aurais pu faire des boxes, des loges, on aurait pu aménager. On ne nous a donné aucune chance."

"On avait commencé à faire les travaux parce qu'au départ, on devait ouvrir le 21 juillet, poursuit-il, mais on a investi, encore une fois, pour rien. Nos syndicats essayent de se battre mais on a aucune portée au niveau du gouvernement."

Les bars, en trois jours, ont acquis plus que nous en 7 mois. On devient fou.

Sa discothèque est passée de 560 000 euros de chiffre d'affaire par mois à 0 et il faut payer les charges, les impôts. "On continue à payer, c'est cela qui est dramatique, lâche le patron de La Plage. _On a un président qui a dit "_0 rentrée, 0 dépense" mais c'est faux, _il est en train de nous ruiner_."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess