Société

Bordeaux : en 2015, les automobilistes conduisent plus mal qu'en 2014

Par Olivia Cohen, France Bleu Gironde lundi 6 avril 2015 à 18:00

Bordeaux : les infractions sont nombreuses, notamment les refus de priorité.
Bordeaux : les infractions sont nombreuses, notamment les refus de priorité. © Radio France - Olivia Cohen

Les Bordelais conduisent plus mal que la majorité des Français. Alors qu'en 2014, la proportion des bons conducteurs était de 57% dans la région Sud-Ouest, ils ne sont plus que 46% en 2015, et seulement 41% sur l'agglomération bordelaise. Le comportement des automobilistes bordelais s'est relâché, alors que le niveau avait progressé ces dernières années.

En 2015, les bons conducteurs sont moins nombreux qu'en 2014 dans les rues de Bordeaux. C'est une enquête réalisée par l'association "AXA prévention" qui l'indique. Sur l'ensemble de la région Sud-Ouest, la ville est la dernière de la classe en matière de sécurité routière. Elle concentre le plus fort pourcentage d'infractions.

Des infractions multiples 

L'un des principaux fléaux au volant reste le téléphone. Quelque 52 % des automobilistes de l'agglomération bordelaise reconnaissent téléphoner en conduisant. Ils sont également accrocs au SMS : 21 % d'entre eux envoient des textos au volant. Certes, c'est un peu mieux que la moyenne nationale, à 27 %, mais le score est tout de même élevé.

Prendre la route en état d'ébriété ou de fatigue est un autre danger majeur : 43 % de conducteurs bordelais prennent la route après avoir bu deux verres, et 57 % conduisent de nuit plusieurs heures d'affilée alors qu'ils se sentent fatigués.

Dans le centre-ville, rouler à 65 km/h et ne pas s'arrêter au feu orange sont des pratiques courantes : 58 % des Bordelais reconnaissent des excès de vitesse et 91 % d'entre eux passent à l'orange.

La courtoisie n'est pas toujours de rigueur aux carrefours et dans les parkings. Quand un autre usager se montre poli, 78 % des conducteurs remercient systématiquement. Mais au premier accrochage avec un autre chauffeur, 72 % s'énervent ou insultent aussitôt.

Des pistes en bonne voie

En France, les 18-25 ans sont une frange à part : ils ont tendance à minimiser les dangers ou à ne pas réaliser les risques qu'ils prennent. Pourtant, sur le front de l'alcool au volant, de la vitesse en ville et du téléphone, le comportement des jeunes a plutôt tendance à s'améliorer.

Jeune conducteur infraction

"Les gens sont de plus en plus pressés" , indique Hélène qui se dit "plus zen" , puisqu'elle "vient de la campagne" . Avoir un passager à bord génère une influence positive : accompagnés, les conducteurs adoptent des comportements plus responsables.

L'excuse phare : "Le danger, c'est les autres !"

Du côté des assureurs, on le constate régulièrement : les Bordelais ont du mal à admettre qu'ils ont commis une faute au volant. Nadia travaille dans un cabinet d'assurance automobile, elle prévient les plus jeunes des régles à respecter, mais elle ne peut pas contrôler tout le monde.

Assurance auto

Au total, ces informations vont dans le sens des chiffres de l'Observatoire national de la sécurité routière : en 2014, en France, le nombre de morts sur les routes a augmenté de 3,7 %, soit 120 décès de plus qu'en 2013.

Les chiffres sur l'ensemble de la région Sud-Ouest - Aucun(e)
Les chiffres sur l'ensemble de la région Sud-Ouest