Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Bordeaux expérimente un nouveau dispositif pour mieux trier les déchets

-
Par , France Bleu Gironde

En France, on trie deux fois moins en ville qu'en milieu rural. Bordeaux n'échappe pas à cette règle. L'entreprise Citéo expérimente donc en ce moment un nouveau dispositif de tri de proximité, place Saint-Projet, destiné à faire progresser le tri. Un test unique en son genre.

Le dispositif de l'expérimentation est installé place Saint-Projet à Bordeaux
Le dispositif de l'expérimentation est installé place Saint-Projet à Bordeaux © Radio France - Marie Rouarch

Bordeaux, France

Les Bordelais trient en moyenne 66 kilos de déchets recyclables (papier et emballages) par an et par habitant. Le chiffre grimpe à plus de 81 kilos pour la Gironde. Le constat est sans appel : les citadins trient beaucoup moins que les ruraux. L'entreprise Citéo expérimente donc de nouveaux modes de tri pour faire "progresser le geste de tri" chez les urbains. C'est le cas jusqu'au 12 juillet à Bordeaux, place Saint-Projet.

"Évidemment, ce sont toujours des poubelles", commente Pascal Henaux, directeur régional de Citéo, société spécialisée dans le recyclage qui pilote le projet. Mais pas uniquement : le dispositif se compose de trois bennes de tri, d'un point d'eau pour se laver les mains, d'une consigne pour laisser son sac de tri sale et en récupérer un neuf, d'une bibliothèque aussi pour stocker les livres plutôt que de les jeter ou encore d'un composteur.

Consigne de sacs, bennes, bibliothèque, le modèle de collecte évolue - Radio France
Consigne de sacs, bennes, bibliothèque, le modèle de collecte évolue © Radio France - Marie Rouarch

Un dispositif évolutif au cours des deux semaines que va durer l'expérimentation : les couleurs, la signalétique, la disposition des "modules" sont appelés à changer. L'objectif c'est de voir comment le public s'adapte, fait évoluer ses habitudes de tri, pour rendre ce nouveau modèle opérationnel. Il s'agit de mettre en place "un service de proximité, explique Pascal Henaux. Lorsque je pars de chez moi pour aller au travail ou emmener les enfants à l'école, avoir un service proche et pratique à vivre. Nous voulons changer la philosophie globale de la collecte. Ce n'est plus une poubelle, c'est un "espace de vie" pour gérer mes déchets".

Pratique, proche mais vraiment propre ?

Les riverains sont plutôt convaincus, à l'image de Romain : "j'habite juste à côté, je vois que c'est éphémère mais si ça pouvait durer, ça m'arrangerait bien ! Pour des déchets comme le verre par exemple, c'est lourd, pénible à transporter et il n'y a pas assez de points de collecte". Dispositif déjà adopté par une autre voisine, Ariane, qui dépose quelques bouteilles de verre : "c'est vraiment très pratique. Je suis allée à la déchetterie l'autre jour, c'est vraiment un périple ! C'est bien de pouvoir approcher les solutions des personnes, ça compte beaucoup parce que beaucoup de personnes pensent d'abord à leur confort".

L'interrogation vient plutôt des professionnels, comme Romain, restaurateur sur la place Saint-Projet. "La terrasse, je pense que les clients ont envie de voir autre choses que des gros containers de poubelles, entendre les pots de verre se casser, dit-il. Je pense que ça peut être mis ailleurs et plus discrètement". Il craint aussi des problèmes de propreté autour de cette installation.

Les urbains manquent de place dans leur logement pour trier - Pascal Henaux, Citéo

"Le problème, cible Pascal Henaux, de Citéo, c'est que les gens veulent des solutions de tri mais pas chez eux !" Alors les dépôts sauvages prolifèrent. Là, la logique, c'est que le public s'approprie les lieux : "rendre le service plus simple, plus vivable, plus acceptable. Moins j'ai de contraintes dans le geste de tri, plus il est accepté par la population".

Le dispositif est testé jusqu'au 12 juillet, uniquement sur la place Saint-Projet à Bordeaux. Il n'a pas, pour l'instant, vocation à s'étendre au reste de la ville voire à la métropole. Le bilan de l'expérimentation sera connu en septembre. Il doit permettre de conseiller les collectivités, dans toute la France, dans leurs aménagements liés à la collecte des déchets.