Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Bordeaux : fin du blocage à l'Université de la Victoire

dimanche 29 avril 2018 à 17:11 Par Thomas Coignac, France Bleu Gironde

Les occupants du site de la Victoire ont quitté l'université ce dimanche, à 17h30. Ils l'annoncent eux-même sur leur page Facebook. Ils n'étaient plus qu'une cinquantaine à l'occuper à temps plein.

Les étudiants promettent de continuer la mobilisation.
Les étudiants promettent de continuer la mobilisation. © Radio France - Stéphane Hiscock

"Ce soir, nous quittons la fac. Nous partons d’ici, mais pour mieux occuper la rue". C'est la fin du mouvement autoproclamé "Université Libre de Bordeaux". Elle a été annoncée en fin de matinée sur la page Facebook du mouvement.  Les étudiants ont quitté le site de la Victoire à 17h30, avant de partir en cortège. 

Capture d'écran du communiqué. - Radio France
Capture d'écran du communiqué. © Radio France - Facebook - Université Bordeaux Victoire contre la sélection

Ni retrait de la loi, ni démission de Manuel Tunon de Lara

Le mouvement avait démarré le 12 mars, après l'évacuation musclée par les CRS de l'amphithéâtre Gintrac la semaine précédente. Il visait à protester contre la loi ORE sur l'accès aux études universitaires qui selon le comité "va fermer les portes de l'Université à des milliers de jeunes". Les occupants réclamaient le retrait de la loi, et la démission du président de l'Université de Bordeaux, Manuel Tunon de Lara. Ils n'auront finalement obtenu ni l'un ni l'autre. 

"Il est désormais primordial de mettre nos forces partout où il est possible d'étendre les lignes de front de la guerre sociale qui se joue aujourd'hui, concernant la destruction des services publics (SNCF, Santé, Poste), l'évacuation de la ZAD, les licenciements, et l'accueil des réfugié-e-s et migrant-e-s fuyant les guerres et la misère", souligne encore le comité de mobilisation.

La semaine dernière, nous nous étions rendu à la Victoire, où les étudiants sentaient le mouvement s’essouffler. Un reportage à lire ci-dessous.