Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Bordeaux : il y a 20 ans Maurice Papon condamné à 10 ans de réclusion

lundi 2 avril 2018 à 4:07 Par Stéphane Hiscock, France Bleu Gironde

Le 2 avril 1998, après six mois de procès et 19 heures de délibéré les Assises de la Gironde condamnaient Maurice Papon à 10 années de réclusion.

Maurice Papon lors de son procès en 1998
Maurice Papon lors de son procès en 1998 © AFP - Derrick Ceyrac

Bordeaux, France

C'était il y a 20 ans, jour pour jour, le 2 avril 1998, Maurice Papon était condamné à 10 ans de réclusion pour complicité de crimes contre l'humanité. Un procès fleuve qui s'était déroulé devant les Assises de la Gironde. 

Pendant six mois, historiens, résistants, enfants de victimes et hommes politiques s'étaient évertués à convaincre la cour du rôle de Papon dans l'arrestation puis la déportation de 1690 juifs à Bordeaux et sa région, entre 1942 et 1944. Ce fut le plus long procès criminel de l'après-guerre.

Le 2 avril 1998 au matin le verdict tombe

Après une nuit blanche et 19 heures de délibéré, le verdict tombe : Maurice Papon est condamné à 10 ans de réclusion. Devant la salle d'audience Michel Slitinsky, porte-parole des parties civiles, répond à la presse. C'est lui qui est à l’origine des poursuites contre l'ancien fonctionnaire de Vichy. En 1981 il avait donné au Canard Enchaîné les preuves de la culpabilité de Papon.

Aujourd'hui les familles des victimes sont réhabilitées dans leurs droits et dans leur dignité. Notre combat est couronné de succès mais je le dis bien, sans triomphalisme. — Michel Slitinsky

A la sortie du tribunal en ce jour de verdict d'autres font part de leur déception. Certaines familles de victimes ne comprennent pas pourquoi la cour n'a pas retenu la charge de complicité d'assassinat.  Grâce à ce procès une des pages les plus sombres de l'histoire de France s'est tout de même tournée.

Michel Slitinsky après l'annonce du verdict