Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

A Bordeaux, "l'affaire Leonarda" mobilise peu de lycéens

-
Par , France Bleu Gironde

Alors qu'ils étaient près de 4 000 à descendre dans les rues de Paris aujourd'hui, les lycéens bordelais se sont peu mobilisés pour soutenir la collégienne kosovare expulsée de France. Au lycée François Magendie une quinzaine de lycéens se sont rassemblés.

Le mois dernier peu de lycéens de François Magendie manifestaient en soutien à Leonarda
Le mois dernier peu de lycéens de François Magendie manifestaient en soutien à Leonarda © Radio France - Martin Cotta

"Nous sommes tous des enfants d'immigrés !" Ils n'étaient peut-être pas beaucoup à manifester devant les grilles du Lycée François Magendie en cette fin d'après-midi mais ils ont donné de la voix.

Tous l'assurent : le sort de Leonarda les touche. Ils ne sont pas insensibles. "Moi j'ai un ami qui n'a pas de papiers et tous les jours il va au lycée avec la peur de se faire arrêter par la police ", confie Simon élève de Terminale ES. 

La manifestation devant le lycée a très peu rassemblé

Organisée "au dernier moment " selon Léna une militante UNL (Union nationale lycéenne), ce vendredi marquait surtout le top départ des vacances scolaires. Beaucoup pensaient surtout à prendre le bus rapidement pour rentrer à la maison plutôt que de rester devant leur établissement.

Pour autant, certains ne désespèrent pas de faire gonfler les rangs des indignés pendant les vacances scolaires car "il n'y a pas de bons moments pour mobiliser sur ce genre d'histoire " se persuade Guillaume, élève de 1re scientifique. 

L'UNL appelle à une manifestation jeudi prochain à 15 heures devant la préfecture de Bordeaux.

"Arrêter la jeune fille devant son établissement scolaire c'est très humiliant !"

Choix de la station

À venir dansDanssecondess