Société

Bordeaux : les associations vont bien devoir quitter Darwin

Par Damien Gozioso, France Bleu Gironde samedi 28 janvier 2017 à 18:09

Darwin, qui regroupe actuellement plusieurs associations, est menacé par un projet immobilier.
Darwin, qui regroupe actuellement plusieurs associations, est menacé par un projet immobilier. - © Radio France

Bordeaux Métropole a voté il y a quelques jours la cession des terrains de Bastide-Niel à la société qui aménage ce futur nouveau quartier de la rive droite de Bordeaux. Problème : les associations qui occupent une partie de l'éco-système vont devoir déménager.

Depuis quelques années, tous les Bordelais connaissent Darwin, au moins de réputation. Lieu foisonnant, ouvert au monde, il regroupe sur une partie du site de nombreuses associations qui s'y sont développées. Une partie des terrains sur lesquels ce lieu alternatif s'est développé ont été cédés par la Métropole à la société chargé d'aménager le nouveau quartier qui va sortir de terre sur la rive droite. Les associations qui vont devoir partir se plaignent du sort qui leur est réservé.

►►► LIRE AUSSI | Philippe Barre sur Darwin : incompréhension et schizophrénie

L'opposition dénonce un manque de concertation

L'élu écologiste bordelais Pierre Hurmic a demandé, en vain, que la délibération à ce sujet soit repoussée, le temps que la concertation soit vraiment lancée avec les associations. Sur le fond, il estime qu'il est dommage de gâcher une vraie réussite : "Alain Juppé aurait dû intégrer le succès de cette opération à la ZAC (zone d'aménagement concertée, NDLR), compte tenu du succès remporté par ces initiatives associatives. Ce n'est pas le cas, il dit « moi je fonce », ne change rien. Il y a vraiment un double discours, on a l'impression que la ZAC démarre dans la précipitation, et ce n'est pas de bon augure."

Alain Juppé demande de la bonne foi

Les associations estiment être écartées de la concertation sur l'avenir du site. Alain Juppé se défend : "C''est faux, la concertation a déjà eu lieu et nous avons trouvé des solutions. Nous avons par exemple décidé de prolonger l'occupation de l'immeuble dans lequel se trouve le skate-park, nous allons trouver une solution pour Emmaüs, sans doute sur le même site. Ce qui est vrai c'est que l'espace dédié à l'agriculture urbaine devra bouger, mais enfin, il faut faire preuve de bonne foi : dès le départ nous avions clairement indiqué que certains espaces étaient attribués à titre provisoire, et qu'il faudrait les libérer au moment où l'opération Bastide-Niel arriverait à maturité. Nous y sommes aujourd'hui, il faut donc discuter et nous discutons".

Toutes les associations forcées de quitter le site Darwin se verront offrir une solution alternative, ce qui ne les console pas vraiment dans la mesure où leur existence même est liée au lieu qui les héberge.

© Radio France - Aucun(e)
© Radio France