Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Bordeaux : l'un des derniers combattants des Forces Françaises Libres fête ses 104 ans

-
Par , France Bleu Gironde

Plus vieux porte-drapeau encore en activité en France, fonction qu'il exerce depuis 71 ans, Marcel Barbary est l'un des derniers survivants de la 1ère Division Française Libre. Pour ses 104 ans, il a été reçu avec sa famille en préfecture, à Bordeaux.

Marcel Barbary reçu par le préfet de Gironde  pour ses 104 ans
Marcel Barbary reçu par le préfet de Gironde pour ses 104 ans © Radio France - Pierre-Marie Gros

Bordeaux, France

Marcel Barbary est l'un des derniers survivants en Gironde de la 1ère Division Française Libre, principale unité des Forces Françaises Libres qui participèrent à la Libération de notre pays lors de la Seconde Guerre Mondiale . Il est aussi le plus âgé des portes-drapeaux encore en activité en France, présent à toutes les commémorations aux Monuments aux Morts.   

Pour fêter ses 104 ans - il est né le 22 janvier 1914, quartier St Michel, à Bordeaux -, Didier Lallement, le préfet de Gironde organisait ce mardi après-midi dans sa résidence, à Bordeaux  après-midi une réception en son honneur , en compagnie de ses proches et de sa famille. Autour de lui, quatre de ses cinq enfants, mais aussi une partie de ses petits-enfants et de ses arrière-petits-enfants. Quatre générations étaient réunies autour du centenaire bordelais. 

Malgré son grand âge, Marcel Barbary participe à de nombreuses cérémonies , à Bordeaux et ailleurs : il se rend régulièrement à Paris pour des dépôts de gerbes, il a même participé en 2012 au 70ème anniversaire de la bataille de Bir-Hakeim, en Lybie.   L'an dernier, à 103 ans, il s'est fracturé le bassin, mais depuis,  il s'est remis et il continue à brandir son drapeau à chaque commémoration,  comme il le fait depuis 70 ans. 

J'ai été le premier porte-drapeau à Bordeaux en 1947 , et je le suis encore . C'est un petit peu lourd, mais je me fais aider ... C'est un beau drapeau, le plus beau, tout brodé, avec la Croix de Lorraine, ça reste une très grande fierté- . - Marcel Barbary . 

"Je raconte la guerre en détails, mais je fais attention à ce que je dis" Marcel Barbary

Prisonnier en Allemagne au début de la Guerre, , il s'évade à deux reprises , puis après un long périple à travers l'Europe, c'est depuis le Portugal qui'l gagne l'Afrique du Nord, pour  rejoindre les forces du Général de Gaulle . Viendront ensuite le débarquement en Provence, et la libération de la France jusqu'en Alsace. 

Lorsque nous étions jeunes, il ne nous racontait pas beaucoup ces épisodes de sa vie. Mais maintenant, il donne les détails de ce qu'il a vécu. Comme s'il voulait nous transmettre son histoire, pour ne pas oublier, que l'on sache ce que fut cette période. Il faut dire que son parcours , c'est quand même extraordinaire. - Gisèle et Jeanine, deux de ses filles. 

Marcel Barbary entouré de ses proches dans la résidence préfectorale, à Bordeaux  - Radio France
Marcel Barbary entouré de ses proches dans la résidence préfectorale, à Bordeaux © Radio France - Pierre-Marie Gros

Régulièrement, Marcel Barbary continue d'aller raconter la guerre dans les écoles. 

Les élèves m'écoutent avec attention, car moi, je l'ai vécu, la guerre . Je sais qu'à mon âge, je suis un témoin important. Mais il ne faut pas raconter n'importe quoi : il ne faut pas leur dire qu'il faut tuer les allemands , que ce sont nos ennemis, il ne faut pas diffuser des messages de haine.  - Marcel Barbary 

Des récits dont profitent aussi ses plus jeunes descendants. 

Je suis content qu'il soit là pour me raconter ces choses, j'ai lu le livre qu'il a écrit, et j'aime bien dire à mes amis que mon arrière grand-père a fait la guerre, et qu'il est toujours vivant. - Egon, 13 ans, son arrière petit-fils 

"Je suis fier de dire que mon arrière-grand-père est toujours en vie et qu'il a fait la guerre "

Un exemple pour les jeunes générations, a insisté le préfet avant de couper le gâteau d'anniversaire, l'exemple d'un homme "qui ne renonce jamais", et sa longévité le prouve. 

Choix de la station

France Bleu