Société

Bordeaux : lancement en douceur des services partiels sur la ligne A du tramway

France Bleu Gironde lundi 9 mars 2015 à 6:30

Moins d'attente désormais à la station Salingrad aux heures de pointe
Moins d'attente désormais à la station Salingrad aux heures de pointe © Radio France

Depuis la semaine dernière, la fréquence de passage a été augmentée aux heures de pointe entre la gare de Cenon et l'hôpital Pellegrin, sur la ligne A du tramway bordelais. Les usagers commencent à ressentir la différence : moins d'attente et des rames moins bondées.

Plus de rames circulent désormais aux heures de pointe dans le centre de Bordeaux sur la ligne A du tramway bordelais. Le changement s'est fait en douceur et de façon plutôt discrète la semaine dernière. C'est ce qu'on appelle les services partiels : la fréquences de passage  a été augmentée entre la gare de Cenon et l'hôpital Pellegrin entre 6 h 30  et 9h le matin, et entre 15 h 30 et 19 h le soir. Une rame passe environ toutes les 3 minutes 30''. L'objectif est  de diminuer le temps d'attente pour les voyageurs et de désengorger les rames qui sont bondées à ces heures-là. Le lancement était prévu fin janvier, mais avait pris un peu de retard pour des raisons techniques.  Certains passagers n'ont pas encore remarqué le changement, mais d'autres ont noté ces améliorations dans le service.

"C'est vrai que les deux fois où j'a pris le tramway à 18 h la semaine dernière, j'ai moins attendu que d'habitude." — Valérie

Le ballet des rames est quasiment incessant aux heures de pointe, un ballet pas toujours simple à réguler, d'ailleurs : certaines rames sont obligées de patienter à quai pour fluidifier le trafic. Mais  là où les rames étaient prises d'assaut, on respire à présent  un peu mieux

"On rentre plus facilement dans le tram sans se faire pousser. On ne peut pas toujours valider, mais au moins, on peut monter. C'est moins pénible car quand il y a trop de monde, c'est relou. Là, c'est plus agréable." — Lucille, étudiante, et Masir, apprenti.

Mais pour les usagers  qui vont au delà de la gare de Cenon ou de l'hôpital Pellegrin , ces nouveautés peuvent rallonger paradoxalement rallonger leur temps de voyage.

"Avant, je faisais le trajet direct. Maintenant, je peux changer jusqu'à deux reprises, avec à chaque fois, un temps d'attente. Du coup, en partant à la même heure, j'arrive plus tard au travail, et je rentre plus tard chez moi le soir. Ça fait deux ans et demi que je prends chaque jour le tram, mais là, ça devient très lourd." — Nathalie habite Mérignac, et travaille rive droite.

On se bouscule moins matin et soir la station Stalingrad  - Radio France
On se bouscule moins matin et soir la station Stalingrad © Radio France

Christophe Duprat, le maire de Saint-Aubin-de-Médoc, et vice-président de la Métropole chargé des transports, reconnaît qu'il reste encore quelques efforts à faire en terme de cadencement.

"Entre 3 minutes et 3 minutes 30 d'attente, ce n'est pas important. L'essentiel, c'est d'avoir une fréquence plus élevée et d'avoir de la capacité pour prendre plus d'usagers. Il faut aussi que les voyageurs apprennent à mieux regarder le terminus de la rame dans laquelle ils montent." — Christophe Duprat, vice-président de Bordeaux Métropole, chargé des transports. 

"Les usagers sont très satisfaits"

Ces services partiels seront également lancés lundi prochain sur la ligne C, entre les Quinconces et la station Carl Vernet, en même temps que l'extension de cette ligne jusqu'au Lycée Vaclav Havel, à Bègles.

"On est quand même moins serré qu'avant"