Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : Attentat de Saint-Étienne-du-Rouvray

Bordeaux : le Café de la Fraternité, symbole du vivre ensemble

vendredi 29 juillet 2016 à 6:30 Par Yassine Khelfa M'Sabah, France Bleu Gironde

Après les attentats et l'émotion, les prises de bec des politiques et certaines polémiques dont les français se passeraient bien. Un climat qui remet en cause le bon vivre ensemble mais pas au quartier Saint-Michel de Bordeaux, notamment au Café de la Fraternité.

Yassine un basque-algérien à la tête de ce Café populaire depuis 21 ans.
Yassine un basque-algérien à la tête de ce Café populaire depuis 21 ans. © Radio France - Yassine Khelfa

Bordeaux, France

S'il existe bien une preuve que ce vivre ensemble fonctionne toujours à Bordeaux, c'est le Café de la Fraternité situé sur la place St Michel. Tenu par un basque-algérien connu de tous dans le quartier, ce lieu est un carrefour de civilisations, de cultures et de religions.

Yassine, le responsable des lieux joue ce rôle fédérateur depuis 21 ans et il est lui-même le fruit de ce vivre ensemble. Son père alors combattant pour l'Algérie libre vient en France après la guerre, il y rencontre sa mère, une basque. Pour certains un choc des cultures, pour Yassine "_c'est ça le vivre ensembl_e". Petits, ses frères et sœurs demandent même à leur père comment a-t-il pu combattre puis s'allier avec l'ennemi, ce à quoi leur père répondait : "il y a une différence entre la guerre et la paix". Sa maman, une catholique baptisée et son papa, un musulman et "il n'y avait aucun problème" explique ce responsable de bar.

Une double culture dont il est fier aujourd'hui d'autant que quelques années plus tard, il suivra la trace de la tolérance de ces parents avec le Café de la Fraternité, un lieu d'échange pour deux continents : l'Europe et l'Afrique. On y boit du thé à la menthe comme là-bas, ici en France.

On ne regarde ni la couleur ni l'origine depuis les années 1990 mais aujourd'hui encore plus. On a une communauté européenne qui vient ici par solidarité mais aussi pour dire "on est tous pareil" ! et ça me plait beaucoup car mon but c'est de faire en sorte que les deux continents se rencontrent naturellement. — Yassine, responsable du bar

"Pourquoi il se passe tout ça ?"

Le soucis avec tout ses événements pour Yassine c'est que le médiateur (politique ou médiatique) ne parle pas du vrai problème mais se contente de raconter ce qu'il se passe. Il se demande pourquoi on a ses problèmes, pourquoi le mot religion revient toujours et personne n'entre dans le fond du sujet.

Selon lui à Saint-Michel, ce vivre ensemble ne va pas se fracturer mais il l"avoue : "on en parle ...on discute beaucoup au Café de la Fraternité et on se rejoint souvent finalement sur ces sujets d'attentats".