Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Bordeaux : le secteur de Bacalan devient-il une zone de non-droit ?

lundi 2 février 2015 à 6:00 Par Yassine Khelfa M'Sabah, France Bleu Gironde

Le conseil local de la sécurité s'est réuni à Bordeaux pour discuter de "l'après Charlie Hebdo" mais aussi du quartier de Bacalan. Alain Juppé veut éviter toutes dérives dans ce quartier qu'il dit "sous tensions".

Le pont d'Aquitaine
Le pont d'Aquitaine © Radio France

"On ne peut pas laisser se créer des quartiers de non-droit. Heureusement il n’en existe pas à Bordeaux. Mais certains secteurs sont plus sous tensions que d’autres. C’est le cas de Bacalan où je vais réunir le conseil local de sécurité de prévention de la délinquance afin de prévenir par des mesures adéquates." — Alain Juppé

C'est ainsi que s'est exprimé Alain Juppé lors de la présentation de ses voeux, après les évènements liés à Charlie Hebdo. Par ailleurs, lors d'une réunion spéciale du conseil de sécurité de la ville qui a eu lieu vendredi soir, le cas de Bacalan a été évoqué. L'occasion de s'intéresser à ce secteur

Que se passe-t-il à Bacalan ?  Le premier problème concerne la sécurité . Les caméras de surveillance sous le pont d'Aquitaine ont été détruites à coup de fusils, et selon Jean-Louis David, chargé de la sécurité dans la ville, la présence de CRS a été revu à la hausse. Et les problèmes se concentreraient sur le quartier des 4 chemins sous le pont d'Aquitaine, où d'étranges compétitions auraient lieu tard le soir selon Luis Diez, président de l'association de défense du quartier.

"Certaines personnes entraînent des poules pour les faire combattre tard le soir, moyennant des paris. C'est pareil pour les chiens. Et encore plus dangereux. On a l'habitude à Bacalan." — Luis Diez

Des poules devant les habitations sous le pont d'Aquitaine en pleine ville ... - Radio France
Des poules devant les habitations sous le pont d'Aquitaine en pleine ville ... © Radio France

Le deuxième problème concerne l'admnistration . Des habitants qui se croieraient au-dessus des lois selon Philippe Dorthe, conseiller général de Bordeaux nord.

"Il y a des gens qui construisent des pavillons sans permis de construire et on les laisse faire." — Philippe Dorthe

Un combat mené depuis longtemps pour prévenir ces tensions

Depuis avril 2014, Philippe Dorthe, conseiller général de Bordeaux nord, écrit au ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve pour tirer la sonnette d’alarme. En réponse, la place Beauvau a ordonné au Préfet de région de mettre en place une réunion pour discuter des problèmes d’insécurité, et d'éviter l'émergence de secteurs de zones de non-droit. Cette réunion a réuni autour de la table, habitants, élus locaux et forces de police. Le Préfet a alors mis en place une commission permanente entre tous ces acteurs . Le but étant d’établir un lien permanent entre tous les acteurs du quartier. 

"La République doit reprendre la main sur le communautarisme". — Philippe Dorthe

Depuis une dizaine d’années, il met en cause un problème d’urbanisme qui est en train d’encercler ce quartier. Le rendant ainsi plus insulaire selon lui. Aujourd’hui, il craint que les 8.000 habitants du secteur soient ainsi laissés à l’abandon.

"On ne se sent pas vraiment en sécurité. Les deux caméras de surveillance sous le pont d’Aquitaine ont en effet été détruites à coups de fusils. Sans parler d’un important réseau de drogue, de combats de coq ou de chiens tard le soir..." — Philippe Dorthe 

Une inquiétude assez pressante car avec le projet Bassin à flots, 5.000 logements devraient être construits. Faisant ainsi passer la population du quartier de 8.000 à 20.000 habitants .

Un secteur laissé à l'abandon par les pouvoirs publics ?

Selon Luis Diez, président de l'association de défense des intérêts du quartier de Bacalan, le secteur manque d'équipements, de soutien de la mairie. Il déplore notamment le fait qu'on souhaite s'occuper du "cas Bacalan" au moment où le projet Bassin à flots est en train de sortir de terre.

"On fait tâche. S'ils pouvaient nous virer nous les anciens bacalanais, ils le feraient avec plaisir." — Luis DIez

"Bacalan un secteur laissé à l'abandon" selon Luis Diez

Reportage : Bacalan, une zone de non-droit ?