Société

Bordeaux : les buralistes manifestent pour la survie de leurs commerces

Par Pierre-Marie Gros, France Bleu Gironde mardi 8 septembre 2015 à 17:26

Lâcher de ballons en clôture du rassemblement des buralistes place de la Bourse
Lâcher de ballons en clôture du rassemblement des buralistes place de la Bourse © Radio France - Pierre-Marie Gros

Comme leurs collègues de toute la France, les buralistes de Gironde se sont mobilisés mardi matin à Bordeaux pour dire non au paquet de cigarettes neutre que le gouvernement veut instaurer dès l'an prochain. Ils craignent aussi de nouvelles hausses du prix du tabac.

1041 ballons blancs ont été lâchés  mardi midi place de la Bourse, à Bordeaux,  pour symboliser les 1041 bureaux de tabac qui ont fermé l'an dernier en France. L'action était signée des buralistes de Gironde. Ils étaient une cinquantaine au total à marcher dans les rues du centre-ville. Auparavant, comme leurs collègues parisiens l'ont fait devant Bercy, ils  sont allés déverser une tonne de carottes devant le siège du Parti socialiste, rue du jardin public, la carotte, symbolisant leur profession.

Tous portaient un tee-shirt blanc avec cette inscription : Touche pas à mon buraliste.

"Marisol Touraine n'arrête pas de nous embêter, mais elle n'arrivera à rien avec ce genre de mesures. Les clients iront s'approvisionner ailleurs , et donc, on fera rentrer moins d'argent dans les caisses de l'Etat". 

— Martine Lerm, buraliste à St André-de-Cubzac 

Les débitants de tabac se sont mobilisés dans toute la France contre le paquet de cigarettes neutre que le gouvernement veut réintroduire dans le projet de loi santé, examiné au Sénat dès le 14 septembre .

"Avoir des linéaires remplis de photos "gore" ne servira à rien, et ne ferait pas baisser la consommation de tabac. Cela ne fera que renforcer le trafic clandestin." 

— Yves Gallou, installé à Cadillac en Fronsadais .

C"est la survie de notre réseau de proximité qui est en jeu" Yves Galou

 La profession s'inquiète par ailleurs, d'une possible hausse à plus ou moins long terme du paquet à 10 euros, comme le suggèrent certains députés, comme Michèle Delaunay, l'élue socialiste de Bordeaux. 

"Cela ne ferait que multiplier la contrebande, qui représente déjà un quart des ventes de cigarettes en France. Qu'on harmonise déjà la réglementation et les prix dans l'Union Européenne. 60% des pays de l'Union vendent encore des cigarettes sans mention "fumer nuit gravement à la santé" ou "fumer tue". 

— Joachim Rompante, buraliste à Mérignac et président du syndicat des débitants de tabac de Gironde.

Le reportage de Pierre-Marie Gros

Il y a actuellement 570 bureaux de tabac en Gironde. 26 ont encore fermé l'an dernier.