Société

A Bordeaux, les cabines téléphoniques sont en voie de disparition

France Bleu Gironde mardi 24 mars 2015 à 17:47

Les cabines téléphoniques sont mal entretenues à Bordeaux
Les cabines téléphoniques sont mal entretenues à Bordeaux © Radio France

L'abonnement au téléphone fixe augmente d'un euro ce mardi, passant à 17,96 euros par mois. Cela ne concerne plus que 11,5 millions de Français. Car le téléphone à l'ancienne a du plomb dans l'aile. C'est le cas également de la cabine téléphonique qui pourrait bientôt disparaître.

Les cabines téléphoniques ne font plus partie du mobilier urbain. Leur utilisation est en diminution constante depuis plus d'une décennie (-90%). A Bordeaux, elles sont dans un état lamentable. Certaines sont sans vitre, et empêchent les personnes de téléphoner dans l'intimité.

"C'est sale et en plus, comme les portes ne ferment plus, je n'entends rien dans le téléphone !" — Mohamed, utilisateur régulier des cabines téléphoniques  

Mohamed trouve la cabine tellement sale lorsqu'il rentre à l'intérieur qu'il a du mal à poser ses affaires à l'intérieur. Pourtant, elle lui sert beaucoup : "Si on a un appel en urgence à passer, ça sert à quelque chose. Si elles sont là, ça n'est pas pour rien !"  explique-t-il.

Quasiment plus de cartes cabines vendues 

Les stocks de cartes téléphoniques ne sont plus renouvelés - Aucun(e)
Les stocks de cartes téléphoniques ne sont plus renouvelés

 

"Orange arrête la commercialisation de ses cartes après épuisement des stocks"  explique Janine, propriétaire du tabac-presse place Camille Jullian. Pour la Bordelaise, les gens n'utilisent presque plus les cabines depuis qu'ils sont équipés de téléphones portables.

"Ces cabines n'existent plus. C'est un peu le désert !" — Janine, propriétaire du tabac-presse place Camille Jullian

Janine et son mari sont là depuis plus de 20 ans. Ils ont assisté à la disparition progressive des cabines téléphoniques. "Il y en avait une rue du Cancera, une sur la place Camille Jullian. Ces cabines n'existent plus. Maintenant il faut aller rue du Loup", sourit-elle.

Cabines hors-service

Rue du Loup, la cabine affiche le message "hors-service". Elle est totalement laissée à l'abandon. "Ça ne donne pas envie de rentrer dedans !" s'esclaffe Marie-France, 70 ans. Elle n'avait pas remarqué la cabine téléphonique. Mais "ça peut rendre service aux personnes qui n'ont pas de téléphone" explique-t-elle.

D'ici fin 2016, France télécom aura procédé à la désinstallation de la quasi totalité de ces cabines téléphoniques.

Un reportage de Pauline Pennanec'h de l'IJBA (Institut de Journalisme Bordeaux Aquitaine).