Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Bordeaux : les gilets jaunes "mutilés" marchent pour dénoncer les violences policières

-
Par , France Bleu Gironde, France Bleu

Environ 200 personnes, dont des gilets jaunes blessés lors des manifestations, ont marché ce dimanche à Bordeaux. Ils demandent justice et réparation face aux violences policières.

Environ 200 personnes ont marché à l'appel du collectif "Mutilés pour l'exemple".
Environ 200 personnes ont marché à l'appel du collectif "Mutilés pour l'exemple". © Radio France - Louise Buyens

Bordeaux, France

L'appel était lancé par le collectif national des "Mutilés pour l'exemple", un groupe créé en avril qui regroupe une trentaine de membres. Environ 200 personnes ont déambulé dans les rues de Bordeaux ce dimanche en fin de matinée pour dénoncer les violences policières mais aussi pour demander justice et réparation.

Les manifestants, dont des personnes blessées ou mutilées lors des mobilisations de gilets jaunes, sont partis de la place de la Bourse vers 11 heures avant de rejoindre la place de la Comédie où ils ont tenu des discours devant l'Opéra national de Bordeaux. 

Sur des croix jaunes, les manifestants ont noté les noms des "mutilés". - Radio France
Sur des croix jaunes, les manifestants ont noté les noms des "mutilés". © Radio France - Louise Buyens
Les manifestants ont tenu des discours devant l'opéra national de Bordeaux. - Radio France
Les manifestants ont tenu des discours devant l'opéra national de Bordeaux. © Radio France - Louise Buyens

La manifestation déclarée s'est déroulée dans le calme. Une bande sonore diffusait une série de noms de "victimes des forces de l'ordre" depuis 2005. D'après le collectif des "Mutilés pour l'exemple", au moins 30 personnes seraient décédées à cause des violences policières en 2019. 

Un étudiant bordelais en tête du cortège

En tête du cortège, Antoine Boudinet fait partie du collectif des "Mutilés pour l'exemple". Il a co-organisé la marche. Ce Bayonnais de 26 ans, étudiant à Bordeaux, a eu la main droite arrachée en décembre dernier par l'explosion d'une grenade lacrymogène (GLI-F4) lors d'une manifestation commune entre les gilets jaunes et les défenseurs du climat. "Perdre une main ce n'est pas évident, il y a beaucoup de choses que je n'arrive plus à faire. Psychologiquement j'ai connu de hauts et des bas mais grâce à mon entourage et au collectif, je ne me suis pas laissé tomber dans la dépression", témoigne Antoine Boudinet.

Antoine Boudinet, co-organisateur de la marche, a perdu sa main en décembre. - Radio France
Antoine Boudinet, co-organisateur de la marche, a perdu sa main en décembre. © Radio France - Louise Buyens

La plainte du jeune homme contre le le ministre de l'Intérieur et le préfet de la Gironde a été classée sans suite, faute d'éléments. Mais il dit ne pas vouloir en rester là : "J'ai fait des démarches près de l'ONU et de l'Europe."

Lors de la manifestation du 1er mai à Bordeaux, Jean-Luc, un manifestant qui habite à Gradignan, filme les affrontements avec les forces de l'ordre dans le quartier Saint-Michel. Il a reçu un tir de LBD (lanceur de balles de défense)dans le mollet. "J'ai de la chance car je n'ai pas de séquelles physiques mais j'en ai psychologiquement", raconte l'homme.

Depuis le 1er mai, j'ai peur de la police et de retourner en manifestation" - Jean-Luc, manifestant blessé.

 Jean-Luc a été blessé au mollet par un tir de LBD lors de la manifestation du 1er mai à Bordeaux. - Radio France
Jean-Luc a été blessé au mollet par un tir de LBD lors de la manifestation du 1er mai à Bordeaux. © Radio France - Louise Buyens

Ils demandent des forces de l'ordre moins armées

Les manifestants demandent que les forces de l'ordre soient moins lourdement armées. "On espère sensibiliser la population sur l'armement des policiers qui mutilent des manifestants pacifiques", explique Myriam, membre du Clap 33 (collectif contre les abus policiers de Bordeaux). 

Choix de la station

France Bleu