Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Bordeaux : les lycéens ont bloqué le pont de pierre

lundi 3 décembre 2018 à 11:03 Par Arnaud Carré et Fanny Ohier, France Bleu Gironde

Environ 300 lycéens se sont rassemblés ce lundi matin sur la place Stalingrad. Ils ont bloqué le pont de pierre et donc la ligne A du tram. Ils réclament le retrait du système Parcoursup et dénoncent la réforme du BAC. Depuis le début de matinée, il y a eu six interpellations.

Les CRS sont intervenus dans le quartier Bastide.
Les CRS sont intervenus dans le quartier Bastide. © Radio France - Fanny Ohier

Bordeaux, France

Le mouvement s'est déclenché peu avant 9 heures à l'initiative des lycéens de la rive droite. Environ 300 élèves des lycées Trégey, François Mauriac et la Ruche ont investi la place Stalingrad et ont dressé un barrage sur les voies du tram avec des objets divers et notamment des poubelles. 

Une jeune fille blessée à la tête

La ligne A du tram a été interrompue dans les deux sens et les usagers ont donc dû franchir la Garonne à pied. Peu après 10 heures, une trentaine de CRS sont intervenus et une partie de cache-cache s'est ensuite disputée dans les rues adjacentes. Les CRS ont fait usage de lacrymogènes. 

Des gaz lacrymogènes place Stalingrad. - Radio France
Des gaz lacrymogènes place Stalingrad. © Radio France - Fanny Ohier

Une jeune manifestante a été blessée à la tête par un jet de pierre, sans doute un pavé selon les forces de l'ordre.  Elle a été évacuée par les pompiers. 

Une manifestation "contre la réforme du BAC et Parcoursup" qui dégénère

Sur place, pas de porte-paroles ou de représentants. L'UNL, l'Union Nationale Lycéenne a précisé ne pas être à l'origine du mouvement. La manifestation s'est organisée de manière quasi spontanée sur les réseaux sociaux, inspirée par les blocus de vendredi dernier dans des lycées et le mouvement des gilets jaunes.

Toutes deux étudiantes au lycée François Mauriac, Nawel et Selma ont ainsi lancé un appel invitant leurs camarades à bloquer leur établissement dès 8 heures. Initialement, elles souhaitaient manifester contre la réforme du BAC et le système Parcousup, mais dès 9 heures, les manifestants se sont rendus place Stalingrad et la situation leur a échappé. Au total, ils étaient 300 environ rassemblés place Stalingrad, venus de plusieurs lycées alentours. Une trentaine de CRS sont intervenus afin d'empêcher les débordements et dégager les voies de tram. Les lycéens en colère leur ont lancé des pierres et des bouteilles de verre, tandis que les forces de l'ordre répliquaient avec des tirs lacrymogènes. 

La préfecture de la Gironde signale, à la mi-journée, six lycéens interpellés, pour jets de projectiles sur les forces de l'ordre et dégradation du Mac Do de l'avenue Thiers. Au total, 17 établissements ont été perturbés par le mouvement en Nouvelle Aquitaine selon le rectorat. 

Les affrontements ont duré jusqu'à 13 heures environ. Un autre rassemblement a eu lieu place de la Victoire, empêchant la circulation du tram B. Peu avant 14 heures, les deux lignes A et B du tramway ont été dégagées.