Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Bordeaux : les Ultras devant l'hôtel de police, pour soutenir les supporters interpellés à Strasbourg

-
Par , France Bleu Gironde
Bordeaux, France

Les 47 supporters bordelais placés en garde à vue samedi soir à Strasbourg pour avoir bravé l'interdiction d'accès au stade de la Meinau ont été remis en liberté. Pour les soutenir, une centaine de membres des Ultramarines se sont rassemblés dimanche après-midi devant le commissariat de Bordeaux.

Les Ultras réunis devant l'hôtel de de police de Bordeaux
Les Ultras réunis devant l'hôtel de de police de Bordeaux © Radio France - Pierre-Marie Gros

"Liberté pour les ultras" : Voilà ce que scandaient la centaine de membres des Ultramarines, qui se sont réunis dimanche après-midi devant l'hôtel de police de Bordeaux. Ce rassemblement de soutien faisait suite à l'arrestation des 47 supporters bordelais, qui avaient pris place samedi soir dans les tribunes du stade de la Meinau, pour le match Strasbourg-Bordeaux. 

Ces supporters ont bravé l'arrêté préfectoral qui leur interdisait l'accès au stade. Ils ont pu rentrer grâce à la complicité de supporters strasbourgeois, mais ont été évacués dans le calme à la mi-temps. Ils ont ensuite passé près de 20 heures en garde à vue au commissariat de Strasbourg . Quatre d'entre eux seront poursuivis en mars prochain devant le tribunal correctionnel de la ville, ils risquent une peine de six mois d'emprisonnement et 3 750 euros d'amende, assortie d'une éventuelle interdiction de stade.

Dans notre pays, arbitrairement, des supporters  peuvent être menottés et placés en garde à vue, simplement pour avoir pénétré dans une enceinte sportive.  C'est aberrant." — Laurent, porte-parole des Ultras 

Prise de parole lors du rassemblement
Prise de parole lors du rassemblement © Radio France - Pierre-Marie Gros

Lors de sa prise de parole devant les autres supporters, le porte parole des Ultras a dénoncé la multiplication des interdictions de stades pour les supporters en France. Selon lui, ces arrêtés totalement injustes, dénonçant au passage le durcissement de la position à la fois des pouvoirs publics et des instances du football français, et  il parle de mesures "absurdes et liberticides".

C'est manifestement un abus de pouvoir, alors que chaque personne est censé être libre de se déplacer. On est en train de battre des records en matière d'interdiction de stade, y compris pour des matchs de Ligue 1 ou de Nationale. Et pourtant, sans les supporters, pas d'ambiance dans les stades, et nos clubs ne seraient rien. 

"C'est un abus de pouvoir manifeste" Laurent, porte-parole de Ultras

L'arrêté préfectoral visant les supporters bordelais fait suite à une sanction disciplinaire, prise par Ligue Professionnelle de Football, pour une banderole brûlée lors du match face à Troyes. Les Ultras avaient déjà tenté de passer outre une interdiction de déplacement en se rendant à Nantes pour le derby de l'Atlantique à la Beaujoire le 20 janvier, mais n'avait pu assister au match. 

Pendant le rassemblement
Pendant le rassemblement © Radio France - Pierre-Marie Gros
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu