Infos

Gironde : que pensent les nouveaux naturalisés de l'accueil des migrants ?

Par Yassine Khelfa M'Sabah, France Bleu Gironde samedi 8 octobre 2016 à 21:31

Anna est désormais franco-russe après sa naturalisation à Bordeaux
Anna est désormais franco-russe après sa naturalisation à Bordeaux © Radio France - Yassine Khelfa

Ce samedi matin, les Bordelais ayant obtenu leur décret de naturalisation cette année ont été reçus dans les salons de l'hôtel de ville pour participer à une cérémonie d'accueil. L'occasion de casser certains stéréotypes sur les nouveaux arrivants en France.

Alors que l'accueil des migrants a divisé la commune d'Ares ou créé des tensions lors d'une réunion pour en discuter à Talence, les étrangers sont plus qu'au cœur du débat en France. Mais le pays n'accueille pas que des demandeurs d'asile. Certains sont ici pour leurs études, le travail ou simplement par amour pour le pays. Ce samedi avait lieu la cérémonie d'accueil des nouveaux naturalisés dans les salons de l'hôtel de ville à Bordeaux. Les Bordelais et Bordelaises ayant obtenu leur décret de naturalisation cette année étaient invités à venir célébrer leur nouvelle nationalité.

Anna et Abata, des nouveaux naturalisés, deux visions

Ils ont le même âge : 31 ans, ils sont arrivés il y a six ans sur le sol français et tous les deux pour les études. Les points communs s'arrêtent là pour Anna, franco-russe reconvertie dans le vin après des études à Sciences Po et Abata, éthiopien étudiant en cinéma, un ex-activiste dans des ONG humanitaires.

Pour Anna, sa nationalité française lui apporte aujourd'hui des droits qu'elle n'avait pas avant et "le timing est parfait car nous sommes en pleine année électorale". Cette jeune femme originaire de Moscou croit encore à cette "France, terre d'accueil".

Je pense que les étrangers sont très bien accueillis ici, même en attendant la nationalité on a déjà beaucoup de droit. Il y a beaucoup d'associations pour nous aider donc ça dépend des gens, s'ils ont envie ou pas. — Anna

Abata vient d'Éthiopie, il vient d'obtenir la nationalité française - Radio France
Abata vient d'Éthiopie, il vient d'obtenir la nationalité française © Radio France - Yassine Khelfa

En ce qui concerne Abata, sa vision des choses est plus mitigée. Il sourit quand on lui parle de l'accueil des migrants en France car "en Éthiopie, le pays a déjà accueilli plus d'un million de migrants alors qu'ici en France, quelques milliers d'entre eux effraient les politiques et les gens".

Je crois que les gens ont peur, ils se sentent envahis. Mais de nos jours, les gens bougent et vont partout donc c'est pas en construisant des murs que l'on peut arrêter ce phénomène. — Abata

Il faut noter tout de même que toutes les personnes qui ont envie d'obtenir cette nationalité n'ont pas autant de chance qu'Anna et Abata. 3600 migrants sont morts ou portés disparus après avoir tenté de regagner l'Europe par la mer depuis le début de l'année 2016. Selon le Haut commissariat des Nations Unies pour les réfugiés, parmi eux, il y a 28% d'enfants.

Partager sur :