Société

Bordeaux : rassemblement pour réhabiliter les "Fusillés pour l'exemple"

Par Pierre-Marie Gros, France Bleu Gironde mercredi 11 novembre 2015 à 18:12

Pendant le rassemblement place Jean Jaurès, à Bordeaux
Pendant le rassemblement place Jean Jaurès, à Bordeaux - Pierre-Marie Gros

Une trentaine de personnes se sont réunies mercredi après-midi place Jean Jaurès, à Bordeaux, à l'appel notament des Libres Penseurs et de l'Union Pacifiste de France. Ils demandent au président Hollande de tenir sa promesse : réhabiliter "les fusillés pour l'exemple" de la Grande Guerre.

Ce sont chaque année les oubliés des cérémonies du 11 novembre : les soldats fusillés pendant la guerre 14-18, parce qu'ils avaient déserté, désobéi ou dénoncé la boucherie des tranchées. On en dénombre officiellement 639. Celà fait des années que des associations réclament leur réhabilitation collective. A l'occasion de l'anniversaire de l'armistice, une trentaine  de personnes se sont rassemblées mercredi après-midi place Jean Jaurès, à Bordeaux , à l'appel de plusieurs mouvements. 

En 2013, le président Hollande avait promis de faire un geste, et avait  demandé qu'une place leur soit accordée aux Invalides . Promesse qui n'a toujours pas été tenue.

Nous tenons à célébrer ces militants de la liberté qui ont dit non à la Guerre. Ce sont eux aussi des victimes de 14-18, qui sont morts non pas pour la France, mais par la France.

 — Christian Baquet, président de la Fédération de la Libre Pensée en Gironde

"Nous voulons leur réhabilitation, nous ne lâcherons pas" Christian Baquet

Des anonymes se sont joints aussi à ce rassemblement.

Quand on est sous les bombes, sous la mitraille, on peut comprendre que l'être humain n'ait pas envie d'aller au combat, de tuer et de se faire tuer. Ce n'est pas de la lâcheté, c'est de l'héroïsme. C'est scandaleux qu'au pays des droits de l'homme, on n'est pas encore fait comme beaucoup de pays, et qu'on ne les ait toujours pas réhabilités.

  — François Pistolozzi, un habitant de Lormont

"Je n'ai jamais été sous les bombes, mais je peux tout à fait les comprendre"

Le député radical Roger-Gérard Schwartzenberg  vient de relancer l'idée de la réhabilitation des "fusillés pour l'exemple"  car selon lui,  la plupart d'entre eux , condamnés par des conseils de guerre, étaient innocents des faits qui leur étaient reprochés.