Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Attentat de Conflans-Sainte-Honorine

Attentat de Conflans : Bordeaux rend hommage à Samuel Paty

-
Par , , France Bleu Gironde

Deux jours après l'assassinat de Samuel Paty, professeur d'histoire-géographie dans les Yvelines, plusieurs centaines de personnes se sont massées ce dimanche place de la Bourse, à Bordeaux, pour lui rendre hommage et défendre la liberté d'expression.

La foule s'était donnée rendez-vous autour de la fontaine des Trois Grâces.
La foule s'était donnée rendez-vous autour de la fontaine des Trois Grâces. © Radio France - Paul Sertillanges

Suite à l'appel des syndicats d'enseignants, la foule s'est rassemblée peu après 15 heures, place de la bourse à Bordeaux. Une minute de silence a été suivie par des applaudissements. Les personnes présentes ont même entonné plusieurs fois la Marseillaise.

Prises de parole devant la fontaine

Il y a également eu des prises de parole devant la Fontaine des Trois Grâces pour défendre le droit de parler librement et rappeler les valeurs de la République. Celles de la FSU, de SOS Racisme, de la Ligue des Droits de l'homme ainsi que du maire de Bordeaux Pierre Hurmic. 

Un exemplaire Charlie Hebdo brandi par une participante au rassemblement.
Un exemplaire Charlie Hebdo brandi par une participante au rassemblement. © Radio France - Paul Sertillanges

"J'ai pleuré devant ma télé, tout seul"

Devant la foule , des citoyens ont aussi pris la parole, comme Samir, qui travaille dans le bâtiment, très touché. "Vendredi soir, j'ai pleuré devant ma télé, tout seul", confie-t-il. En tant que musulman, il voulait faire passer un message : "Ça n'est pas interdit de parler du prophète. Nous, les musulmans de France, nous ne sommes pas d'accord. À chaque fois qu'il y a un attentat, ils mettent tous les musulmans dans le même sac".

Le professeur a été décapité vendredi devant le collège où il enseignait.
Le professeur a été décapité vendredi devant le collège où il enseignait. © Radio France - Paul Sertillanges
Choix de la station

À venir dansDanssecondess