Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

VIDÉO - Un clip contre les violences faites aux femmes projeté dans des cinémas bordelais

-
Par , France Bleu Gironde, France Bleu

En pleine polémique sur le film "J'accuse" de Roman Polanski, un clip contre les violences conjugales va être diffusé dans quatre cinémas bordelais ce week-end, dans le cadre de la journée contre les violences faites aux femmes. De quoi relancer le débat.

Le clip tourné à Bordeaux veut sensibiliser à la lutte contre les violences conjugales.
Le clip tourné à Bordeaux veut sensibiliser à la lutte contre les violences conjugales. - Photo extraite du clip exposée à l'Utopia.

Bordeaux, France

A l'occasion de la journée internationale de lutte contre les violences faites au femmes, lundi 25 novembre, quatre cinémas bordelais diffusent ce week-end un clip tourné à Bordeaux qui sensibilise aux violences conjugales. Et ce en pleine polémique avec la sortie du nouveau film de Roman Polanski, "J'accuse", qui a conduit un collectif féministe a faire annuler sa projection à Bordeaux mardi soir. 

Entre samedi et lundi, quatre cinémas bordelais diffuseront "Au nom de". Un clip en noir et blanc à l'initiative de l'association Bordeaux Prévention, dont la chorégraphie a été tournée sur le miroir d'eau à Bordeaux, avec un groupe de danseurs de l'Opéra. 

Le cinéma Utopia se défend

Mardi soir, le cinéma Utopia a été bloqué un instant par un collectif féministe pour protester contre la diffusion du film "J'accuse".  Patrick Troudet, le directeur, s'en défend : "Les gens qui trouvent que ce n'est pas bien qu'on programme "J'accuse", ont le droit de le penser, mais ce qu'on ne peut pas accepter et qui nous affecte profondément, c'est qu'on puisse remettre en cause la réalité de notre engagement uniquement parce qu'on programme ce film. 

Un engagement qui date de plusieurs années explique Patrick Troudet : "Notre engagement sur les droits des femmes et plein d'autres sujets ne date pas d'hier, on le démontre depuis des années régulièrement en accueillant des soirées-débat, qui sont le plus souvent initiées par des associations bordelaises travaillant sur le terrain !". Le cinéma indépendant travaille entre autres avec la Maison des Femmes à Bordeaux

Incompatible selon le collectif 

Diffuser ce clip et programmer "J'accuse", reste incompatible selon le collectif à l'origine de l'action. "C'est complètement hypocrite et incohérent, estime Charlotte Monasterio, porte-parole de "Collages féminicides Bordeaux". C'est grappiller partout où on peut aller chercher du public. Certes on n'efface pas le travail qu'ils font depuis 20 ans. Mais il faut savoir pointer les gens et les entités même celles qu'on aime bien."

  • Samedi : diffusion avant chaque séance à l'UGC Bordeaux, et séance spéciale avec prise de parole à 20h à l'Utopia.
  • Lundi : diffusions au CGR de Bordeaux et Villenave d'Ornon 

Delphine Labeyrie, co-présidente de Bordeaux Prévention, à l'origine du clip.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu