Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Bordeaux : une centaine de personnes rassemblée au miroir d'eau contre les violences conjugales

samedi 6 octobre 2018 à 18:59 Par Audrey Dumain, France Bleu Gironde

L'association Bordeaux Prévention a rassemblé 100 personnes au miroir d'eau de Bordeaux ce samedi matin pour tourner un clip contre les violences conjugales. Il sortira le 25 novembre prochain sur les réseaux sociaux.

Les personnes allongées sur le miroir d'eau représentent les victimes des violences conjugales.
Les personnes allongées sur le miroir d'eau représentent les victimes des violences conjugales. © Radio France -

Bordeaux, France

Ils sont une centaine, habillés en noir et couchés sur le miroir d'eau. Tous représentent les victimes de violences conjugales. "En 2016, 123 femmes sont mortes des coups de leur partenaire ou ex-partenaire. Il faut en parler, mettre des mots et des images là-dessus. Nous avons choisi des images artistiques", explique Delphine Labeyrie, psychologue et fondatrice de l'association Bordeaux Prévention, à l'origine du projet. 

L'association a donc réussi à ressembler une centaine de bénévoles dans le but de dénoncer toutes formes de violences conjugales : "Il y a les femmes en grande majorité mais il y a aussi des hommes et des enfants. Nous voulons aussi dénoncer les comportements sexistes." 

Un clip tourné un an après le mouvement #metoo 

Parmi les bénévoles, Kimberley. Elle est étudiante au Cour Florent, à Paris. Comme tous ici, elle a choisi de faire le déplacement avant tout pour la cause que défend le projet. 

Un an après le mouvement #metoo lancé sur Twitter pour libérer la parole des femmes, Kimberley trouve que rien n'a vraiment changé : "j'étais dans le bus et un homme, la cinquantaine, me colle. Je me suis défendue mais personne n'a rien dit, ils se sont contentés de regarder."

Pour pousser justement les témoins à réagir, une campagne de télévision a été lancée dimanche dernier, elle sera diffusée jusqu'au 14 octobre. Selon Marlène Schiappa, secrétaire d'Etat à l'égalité femmes-hommes, le nombre de femmes tuées en France par leur (ex) compagnon n'a toujours pas diminué en 2017.  

A Paris, des centaines de personnes ont manifesté contre ces violences conjugales à l'appel de la comédienne Muriel Robin.