Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Bordeaux va expérimenter un nouveau dispositif de collecte des emballages issus de la restauration rapide

-
Par , France Bleu Gironde, France Bleu

Suez, chargé de la collecte des déchets dans le centre-ville de Bordeaux, est lauréat d'un appel à projets du ministère de la Transition écologique. La société va expérimenter un nouveau dispositif de collecte des déchets issus de la restauration rapide. Objectif : améliorer leur recyclage.

L'objectif est de mieux capter et recycler les emballages issus de la restauration rapide
L'objectif est de mieux capter et recycler les emballages issus de la restauration rapide © Radio France - Marie Rouarch

Bordeaux, France

Les Bordelais pourront bientôt trier jusque dans l'espace public les emballages de leur déjeuner ou dîner pris sur le pouce rue Sainte-Catherine ou devant le Grand Théâtre. C'est tout l'objectif du projet porté par Suez dans le centre-ville, lauréat d'un "appel à manifestations d'intérêt" lancé par le ministère de la Transition écologique. Il vise à expérimenter un dispositif de collecte de ces emballages pour améliorer leur recyclage.

Le projet sera financé à hauteur de 200.000 euros maximum. "L'idée, c'est de réfléchir à un ou des dispositifs beaucoup plus innovants en dehors du schéma classique, explique Ronan Flého, directeur développement chez Suez, pour essayer de modifier les comportements et d'amener les gens à mieux trier leurs emballages dans ces modes de consommation "nomades", dans l'espace public bordelais".

Désencombrer les corbeilles de rue

Et la problématique est réelle : "Finalement les emballages de vente à emporter encombrent le volume disponible dans les corbeilles ce qui génère par conséquence un problème de propreté. Et puis, il n'y a pas de séparation du tout donc pas de valorisation, pas de recyclage en tant que tel. L'appel à projet lancé au niveau national vise vraiment à augmenter justement les performances en terme de recyclage".

Ce projet s'articule autour de cinq objectifs :

  • Mieux connaître les usages de la consommation "hors foyer"
  • Identifier les leviers sociologiques et organisationnels qui permettront de modifier les comportements, de les faire évoluer
  • Tester des dispositifs notamment de type "nudge", c'est-à-dire des incitations ludiques, pédagogiques, et surtout efficaces, envers les usagers de l'espace public, afin qu'ils trient mieux leurs emballages
  • Expérimenter sur le terrain des dispositifs de collecte pour identifier le ou les plus adaptés
  • Consolider l'expérience pour assurer une reproductibilité du système dans d'autres villes

.

Inciter pour faire progresser le recyclage

Les premiers tests sont attendus d'ici un an. La forme de ce nouveau dispositif reste donc à établir : bacs de tri apposés à côté des traditionnelles corbeilles de rue, "ça peut être aussi des dispositifs temporaires en fonction de moments choisis dans la journée, en fonction de la météo, souligne Ronan Flého. Il est clair que quand il pleut il y a beaucoup moins de monde dans les rues ! Mais on n'a pas pas d'idée préconçue, de dispositif pré-établi, on va vraiment réfléchir en adaptant au mieux aux spécificités de Bordeaux, sur l'hypercentre historique, et puis aux types d'usagers qu'on rencontre dans ces espaces, à la fois des habitants, des touristes. Il faut qu'on trouve les clés de la pédagogie pour qu'on inscrive ce geste de tri dans l'esprit des gens. Ça prendra du temps."

Et les Bordelais croisés rue Sainte-Catherine, poche de fast-food à la main, sont bien du même avis. "Si on me met de quoi recycler à disposition, je le ferai", promet Félicien. "Encore faut-il avoir le temps", nuance Dimitri qui y croit moyennement : "80% des gens ne le feront pas, c'est sûr. C'est certain même !". Virginie, elle, trouve l'initiative excellente mais elle concède qu'il faudra peut-être "forcer certains à le faire. Il y a sûrement un gros travail à faire là-dessus !"

Le processus s'annonce long pour changer les habitudes des Bordelais