Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Boucau : la cité Biremont peut se construire après des années de marathon judiciaire

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Pays Basque

L'épilogue d'un dossier à Boucau. Il concerne la future cité Biremont à l'entrée de la commune, près de la gare. Ce projet immobilier est prévu dans un quartier vidé de tous ses habitants, sauf un ! Un retraité qui résistait malgré son expropriation.

Rogelio Rios et sa fille Maria dans son jardin du quartier Biremont
Rogelio Rios et sa fille Maria dans son jardin du quartier Biremont © Radio France - Jacques Pons

C'est l'épilogue d'une histoire qui traînait depuis des années à Boucau. Le dossier bloquait la construction d'un projet immobilier, la cité Biremont, près de la gare de Boucau.

le projet de la cité Biremont
le projet de la cité Biremont -

Le projet de la cité Biremont (144 logements au total) est porté par la communauté d'agglo Pays Basque, l'office 64 de l'habitat et l'EPFL, l’établissement public foncier local. Il aurait dû voir le jour cette année mais sera ne sera livré que d'ici deux ans. La cité Biremont sera édifiée sur un quartier constitué de petites villas surannées salies par les usines voisines. Tous les habitants de la zone sont partis, sauf un retraité qui faisait de la résistance.

Moi, ça me tue ! — Maria Rios, la fille de Rogelio

Pour Maria (qui ne retient plus ses larmes) et qui soutient son père, la destruction du quartier est un crève-cœur "moi, ça me tue" dit-elle. "parce que c'est mon enfance, tout ce qu'on a vécu, nous, quand on était petits, des souvenirs. Donc, oui ça me tue et qu'en plus de ça ils donnent trois fois rien pour qu'il (son père) puisse se reloger, racheter un terrain, reloger ses poules" "Même s'ils donnent un appartement, je ne serai pas contente ! Parce que c'est pas sa vie. Il a toujours vécu en maison"

Maria et son père Rogelio
Maria et son père Rogelio © Radio France - Jacques Pons

Le désarroi de Maria Rios face à la situation de son père

Propriétaire mais sans électricité, ni eau !

Rogelio Rios commence à édifier la petite maison en 2008. Auparavant, cet ancien ouvrier de la sidérurgie, 61 ans, aujourd'hui à la retraite avec une pension d'invalidité, vivait à bord d'un camping-car sur ce terrain qui lui appartient depuis 2006. A coté de son camion, le retraité construit une bâtisse avec son jardin, ses arbres fruitiers et son poulailler au bord de la voie ferrée. 

Rogelio Rios et sa fille devant la petite maison
Rogelio Rios et sa fille devant la petite maison © Radio France - Jacques Pons

La cité Biremont, on en parlait déjà en 2011

Il y a neuf ans, la mairie de Boucau parle déjà d'une future cité Biremont et ses 144 logements sociaux. Tous les occupants du quartier sont expropriés les années suivantes, moyennant des indemnités.  Seul monsieur Rios, résiste dans sa maisonnette. En mars dernier, il est exproprié après que l'Agglo Pays basque ait payé toutes les indemnités demandées par le juge des expropriations de Pau. Mais Rogelio continue de vivre dans sa mini-villa, sans eau, ni électricité. Expulsion effective au 26 juin prochain.

La débrouille quotidienne de Rogelio Rios c'est sa fille Maria qui en parle le mieux : "au quotidien, il va récupérer son eau derrière (le jardin) au ruisseau. Il fait sa toilette. Il n'y a pas d'eau courante donc il se sert de l'eau du ruisseau (une conduite d'eau pluviale à l'air libre). Il vit dans des conditions très précaires" 

Maria Rios la fille de Rogelio

Rogelio Rios, la débrouille au quotidien sans eau ni electricité
Rogelio Rios, la débrouille au quotidien sans eau ni electricité © Radio France - Jacques Pons

Avec l'indemnité, impossible d'acheter un terrain, encore moins d'ajouter une maison — Rogelio Rios

Avec l'indemnité qu'on lui propose (88 000 euros) impossible affirme Rogelio Rios d'acheter un terrain ailleurs et encore plus d'y ajouter une maison. "Je ne remets pas en question l'indemnisation mais où je vais m'installer avec 88 000 euros ?" se demande l'habitant de Boucau qui désigne les maisons vides autour de chez lui : "lui, il est parti, il a sa  (nouvelle) maison.  Elle, elle est partie, elle a sa (nouvelle) maison. Tout le monde s'est acheté une maison". Le montant de l'indemnité de relogement fait l'objet d'un recours auprès de la cour d'appel de Pau.

Le témoignage de Rogelio Rios

Un accord en vue avant la fin de la semaine 

Finalement, cette semaine, on s'orienterait vers un accord amiable entre les deux parties, qui négocient toujours. En plus de l'indemnité, la communauté Pays Basque paierait les frais de déménagement de monsieur Rios et un surcoût de loyer dans un appartement de Bayonne. Un accord sera conclu avant la fin de la semaine selon l’agglomération. Du coté de la communauté d'agglo Pays Basque (qui refuse une interview) on se contente de souligner avoir été "facilitateur" dans ce dossier afin d'accompagner au mieux le relogement de Rogelio Rios. 

La cité Biremont, qui aurait dû voir le jour cette année, sera finalement livrée d'ici deux ans, à moins qu'un nouveau grain de sable...

Le quartier Biremont vidé de ses habitants
Le quartier Biremont vidé de ses habitants © Radio France - Jacques Pons
Choix de la station

À venir dansDanssecondess