Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Bourges : 160 jeunes dans le grand bain du SNU

-
Par , France Bleu Berry

C'est parti pour deux semaines de SNU à Bourges : Service National Universel. 160 jeunes de 16 ans, venus des treize départements pilotes sont accueillis dans la cité Berruyère. Vie en collectivités et valeurs de l'engagement au programme.

Les jeunes du SNU ont encouragé l'équipe de France féminine de Football après un débat sur l'égalité Femme-Homme
Les jeunes du SNU ont encouragé l'équipe de France féminine de Football après un débat sur l'égalité Femme-Homme © Radio France - Michel Benoit

Bourges, France

Lever des couleurs tous les matins à 7H30 ; cérémonie de commémoration de l'appel du 18 juin, après un atelier d'explication de l'appel du Général de Gaulle.  Des jeunes qui espèrent plus la plupart mûrir grâce au SNU : " La première journée, on a beaucoup marché, de 9H00 à 17H00, c'est épuisant, mais c'était intéressant ce rallye dans Bourges"  reconnait cette jeune fille. "C'était super, on a dû faire vingt kilomètres. Ca va m'aider à me forger un meilleur mental pour le sport, espère cet autre volontaire. J'aime cet encadrement et cette ambiance de groupe, un peu militaire avec des règles, j'espère que ça va me donner plus confiance en moi ici grâce aux différentes activités. Ici , on n'est pas jugé, et on est tous pareil avec notre uniforme." 

Le secrétaire d'état à la jeunesse, Gabriel Attal, s'est fondu dans la masse des jeunes pour écouter le débat sur l'égalité Femme-Homme à Bourges - Radio France
Le secrétaire d'état à la jeunesse, Gabriel Attal, s'est fondu dans la masse des jeunes pour écouter le débat sur l'égalité Femme-Homme à Bourges © Radio France - Michel Benoit

Mardi après midi,  les jeunes ont suivi le module " bilan compétence et orientation " destiné à repérer notamment l'illettrisme. Quant aux soirées, passées en commun, elles sont aussi destinées à faire réfléchir ces volontaires sur les sujets de société, comme l'égalité H-F, et le déterminisme de genre que véhicule encore notre société : " Les filles, c'est des pleureuses, les garçons, ils ne pleurent pas, dénonce cette encadrante. On entend ça dans les écoles. C'est pas que les jeunes filles sont plus sensibles, mais les garçons, pour un certain nombre d'entre eux, on va leur nier la possibilité de l'être. Et cela dès le plus jeune âge. Les stéréotypes démarrent très jeunes." La petite fille à la danse et le petit garçon au foot, c'est un peu l'esprit de Yannis, tout de même ébranlé par le débat : " Je n'ai jamais dit que les filles sont nulles ou sont d'un mauvais niveau, et avec grand plaisir, je jouerais ou ferais du sport avec elles, mais il ya une différence quand même  !" 

Gabriel Attal, secrétaire d'état à la jeunesse - Radio France
Gabriel Attal, secrétaire d'état à la jeunesse © Radio France - Michel Benoit

L'idée du SNU, pour Gabriel Attal, secrétaire d'état à la jeunesse, c'est aussi de faire réfléchir les volontaires pour faire progresser la société : " Bien sûr qu'ils évoquent ces sujets à l'école, mais le fait d'être ailleurs que dans son école, dans sa ville, avec d'autres jeunes, ça peut ouvrir un peu plus sur un certain nombre de sujets. L'idée du service national universel, c'est que tous les soirs, il y ait un débat sur les enjeux de société pour faire progresser les esprits de chacun. Il y en aura d'autres sur les enjeux de radicalisation, sur les enjeux de handicap, de discrimination liée à l'orientation sexuelle." Le SNU sera étendu à tous les départements d'ici 2026 au plus tard et concernera 800.000 jeunes par an.