Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Bourges : du mieux pour les cantines

jeudi 23 novembre 2017 à 18:40 Par Michel Benoît, France Bleu Berry

La ville de Bourges joue la carte du circuit court dans ses cantines scolaires. Depuis la rentrée de septembre, les enfants mangent plus de produits frais issus du local.

La ville de Bourges veut privilégier les circuits courts pour ses cantines
La ville de Bourges veut privilégier les circuits courts pour ses cantines © Radio France - Michel Benoit

Bourges, France

La ville de Bourges a signé une charte avec la chambre d'agriculture pour que les producteurs locaux puissent fournir la cuisine centrale du prestataire privé qui confectionne les repas. Plus de bio également. La ville, avec ses 350.000 repas chaque année, dans les cantines scolaires, veut ainsi contribuer à renforcer les filières locales.

Les élus et responsables des cantines à la ville de Bourges. - Radio France
Les élus et responsables des cantines à la ville de Bourges. © Radio France - Michel Benoit

65 % des denrées utilisées pour les cantines proviennent désormais de la région Centre Val de Loire. 10 % des denrées servies aux enfants sont cultivées sur Bourges, 25 % proviennent du Cher et 30 % de la région Centre Val de Loire. La signature cet été d'un contrat de 5 ans avec un nouveau prestataire a été l'occasion de poser certaines conditions. Le maire de Bourges, Pascal Blanc espère que les 350.000 repas annuels des cantines vont ouvrir des débouchés aux producteurs locaux pour faire mieux encore : " On peut représenter un débouché importants pour des producteurs locaux qui, en travaillant avec nous, auront une visibilité sur plusieurs années. De quoi leur donner confiance et s'organiser plus facilement. C'est un peu l'urbain au service du rural."

Au menu, veau marengo et nouilles au brocolis.  - Radio France
Au menu, veau marengo et nouilles au brocolis. © Radio France - Michel Benoit

La part du congelé est réduite : cela ne concerne plus que 10 % de la viande bovine mais encore 50 % des légumes. Le jambon est certifié label rouge, le porc est labellisé Bleu Blanc Coeur et 10 % des denrées sont bio. Une meilleure qualité dans l'assiette dont les enfants se sont aperçus : " Depuis septembre, on mange mieux, expliquent Antoine et ses copains. Il y a moins de gras dans la viande, les fruits sont meilleurs. Du coup, on en laisse beaucoup moins dans l'assiette".

Marcella Michel, adjointe au maire chargée des affaires scolaires et Pascal Blanc, maire de Bourges. - Radio France
Marcella Michel, adjointe au maire chargée des affaires scolaires et Pascal Blanc, maire de Bourges. © Radio France - Michel Benoit

Le ticket de cantine n'a pas augmenté, la ville prend à sa charge le surcoût. La difficulté, c'est qu'on ne trouve pas forcément tout en circuit court. " Un produit banal comme les carottes, par exemple constate Marcella Michel, adjointe au maire de Bourges chargée des affaires scolaires, on n'en produit pas chez nous. On a également changé la structure des repas en mélangeant le plus possible les légumes. Par exemple ce midi, le brocolis est inclus aux coquillettes. Et regardez, les enfants ont tout mangé !" Un repas revient à environ 2,90 euros à la ville.