Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Bourges : grève reconduite dans les cantines scolaires

-
Par , France Bleu Berry

La grève se poursuit dans les cantines des écoles maternelles et primaires de Bourges, jeudi. Les agents s'estiment débordés et ne peuvent pas appliquer le protocole sanitaire anti-Covid lors des repas.

Les agents des cantines de Bourges ont reconduit la grève à l'unanimité
Les agents des cantines de Bourges ont reconduit la grève à l'unanimité © Radio France - Michel Benoit

Double problématique Covid dans les cantines des écoles à Bourges : le protocole sanitaire demande beaucoup plus de travail aux agents et  la pandémie provoque une vague d'absentéisme record. 55 agents étaient absents vendredi dernier sur un effectif global de 210 personnes. De nombreux cas contacts restent chez eux, auxquels s'ajoutent les agents qualifiés de vulnérables et ceux en congés maladie. La mairie demande de la patience et de la compréhension, et a proposé des ateliers de travail pour dégager des solutions. Visiblement cela n'a pas suffit. 

Le maire de Bourges, Yann Galut, est allé à la rencontre des grèviste,s juste avant de les inviter à une réunion de négociation
Le maire de Bourges, Yann Galut, est allé à la rencontre des grèviste,s juste avant de les inviter à une réunion de négociation © Radio France - Michel Benoit

La grève a été reconduite à l'unanimité. Pour Célia, agent de restauration, il est impossible d'appliquer le protocole Covid dans ces conditions : "Entre chaque service, désinfection des tables, désinfection des chaises. Chez moi, c'est fait mais je viens de discuter avec certains collègues, ils ne peuvent pas le faire. Quand ils ont dix tables ou douze tables à remettre et des dizaines de chaises à désinfecter, ça prend du temps et on ne peut pas faire manger les enfants trop tard, ni trop vite d'ailleurs. Ce n'est pas possible." 

Il y a eu des embauches précise la mairie de Bourges

La mairie a embauché douze personnes et des renforts viennent des autres services : "On a embauché, mais cela prend du temps puisque pour travailler au contact des enfants, on doit vérifier le casier judiciaire et le registre des délinquants sexuels et il faut un peu de formation" détaille Yann Galut, maire de Bourges. "On a aussi redéployé des agents d'autres services venus en renfort. Des animateurs sportifs, des agents des archives sont venus donner un coup de main mais je reconnais que ce n'est pas suffisant. Et par choix politique, je refuse qu'on trie les enfants pour restreindre l'accès à la cantine. Je comprends le mouvement et on met tout en œuvre pour y remédier, mais je n'ai pas de baguette magique." 

Jacky Leiseng, délégué CGT des municipaux à Bourges
Jacky Leiseng, délégué CGT des municipaux à Bourges © Radio France - Michel Benoit

Le maire de Bourges demande de la patience aux agents. Les familles doivent aujourd'hui réserver les repas, cela fait environ 300 couverts en moins par jour, mais ça reste trop pour du personnel qui doit aussi former les remplaçants venus en renfort : "Nous sur le terrain, on doit prendre un temps pour leur expliquer ce qu'il faut faire" rappelle cet agent. "On doit leur montrer comment s'occuper à table des enfants, comment s'en occuper dans la cour, ce qu'est la surveillance active. Forcément, on ne peut pas être à la fois avec ces personnes-là, avec les enfants et en même temps régler tous les autres problèmes.

Une centaine de grévistes s'est rassemblée devant la mairie de Bourges  en fin de matinée
Une centaine de grévistes s'est rassemblée devant la mairie de Bourges en fin de matinée © Radio France - Michel Benoit

Pour les grévistes, il faudrait réduire le nombre d'enfants à la cantine : "Il faut réduire le nombre de convives. C'est compliqué intellectuellement mais comme on n'a pas le personnel nécessaire, c'est le choix à faire." L'idée pourrait être de réserver les repas aux familles dont les parents travaillent. La CGT fait une autre proposition : "La mairie pourrait payer un plateau repas à domicile ou distribuer des bons pour des livraisons de repas à domicile" avance Jacky Leiseng, délégué des municipaux. "Après tout, le CCAS y est habitué. On pourrait privilégier les familles aux quotient familial les plus bas pour être sûr que chaque enfant ait un repas chaud dans le journée, tout en réduisant l'afflux dans les cantines." La mairie a proposé de créer un groupe de travail pour dégager des solutions.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess