Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Bourges : les commerçants tardent à se mettre à l'anglais

-
Par , France Bleu Berry, France Bleu

Une cathédrale classée au patrimoine mondial de l'Unesco, cela attire les touristes étrangers. Ils sont quelques milliers à venir chaque été à Bourges, Mais le moins que l'on puisse dire, c'est que les commerçants berruyers ont encore des progrès à faire pour améliorer l'accueil en anglais.

La cathédrale St Etienne de Bourges
La cathédrale St Etienne de Bourges © Radio France - Michel Benoit

Bourges, France

Anglais, Italiens, Allemands, Hollandais et parfois de plus loin encore : la ville de Bourges attire des touristes du monde entier. Mais les commerçants berruyers sont encore peu nombreux à parler anglais, même si quelques uns font des efforts et voudraient pousser leurs collègues à pratiquer la langue de Shakespeare. 

C'est le cas de Noémie Bisiaux qui tient une chocolaterie rue Mirebeau. La jeune femme suit depuis quelques semaines une formation de 20 heures pour s'améliorer en anglais et ainsi mieux décrire son chocolat aux touristes étrangers : " Ils sont nombreux à pousser ma porte et j'aimerais pouvoir les conseiller au mieux selon leurs goûts. Et puis cela montre une image dynamique de notre ville, c'est important. En plus, ces cours peuvent être pris en charge, grâce à un fonds auquel cotisent les commerçants. Ce serait dommage de s'en priver, et ça rejaillit sur l'image de notre ville à l'international."

Noémie Bisiaux, dans sa chocolaterie de Bourges, se perfectionne en Anglais pour mieux servir ses clients étrangers. - Radio France
Noémie Bisiaux, dans sa chocolaterie de Bourges, se perfectionne en Anglais pour mieux servir ses clients étrangers. © Radio France - Michel Benoit

Ce restaurant, rue Moyenne, propose un camembert rôti... pas forcément parlant pour des touristes étrangers. Heureusement, la serveuse, Floriane est capable de traduire : "French Cheese rost. Généralement, ils comprennent. On se débrouille comme on peut." Les restaurants qui ont traduit leur carte en anglais se comptent sur les doigts d'une main. C'est le cas du Cercle, classé une étoile. 

Mais Pascal Chaupitre et sa femme Annie, ne l'ont pas fait pour leur brasserie, au Bourbon, pour une raison pratique : " Le problème, c'est qu'on a un changement de carte rapide, plus rapide qu'ici, au Cercle. Et puis traduire l'ensemble des cartes alors que ce sont des cartes, en règle générale beaucoup plus fournies qu'un étoilé Michelin,  c'est plus compliqué pour notre brasserie. " 

Le Cercle, le restaurant étoilé de Bourges propose une carte  et même un site internet en Anglais - Radio France
Le Cercle, le restaurant étoilé de Bourges propose une carte et même un site internet en Anglais © Radio France - Michel Benoit

Cela ne gêne pas ce couple de touristes anglais : " Nous, on aime bien essayer de parler français, mais je crois que ce n'est pas le cas de tous nos compatriotes qui sont souvent effrayés par la langue française. Ils apprécieraient sans doute d'avoir des menus traduits en anglais." 

Les restaurants qui proposent une carte en Anglais se comptent sur les doigts de la main à Bourges - Radio France
Les restaurants qui proposent une carte en Anglais se comptent sur les doigts de la main à Bourges © Radio France - Michel Benoit

Marie Lasne, co-présidente des commerçants de la rue d'Auron, incite ses collègues à suivre comme elle, une formation à la langue anglaise : " J'ai apposé un petit sticker _You're Welcome_, sur ma vitrine, et d'ailleurs quand ils quittent ma boutique, je leur dis toujours parce que c'est toujours un plaisir. C'est un plus. C'est une ouverture d'esprit. C'est la volonté d'expliquer aussi sa ville et de faire partager notre patrimoine. C'est pour ça qu'ils viennent à Bourges, pour découvrir notre patrimoine et on doit se mettre à leur disposition du mieux possible." 

Les touristes étrangers représentent près de 25 % des visiteurs l'été à Bourges.