Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Bourges : les Sentinelles battent le pavé !

-
Par , France Bleu Berry
Bourges, France

Ils sont arrivés, il y a un peu plus de deux semaines dans le Cher, peut-être les avez-vous croisés sur Bourges : les militaires de l’opération Sentinelle arpentent la cité Berruyère pour renforcer la sécurité aux cotés de la police.

Les militaires en patrouille dans le centre ville
Les militaires en patrouille dans le centre ville © Radio France - Michel Benoit

Ils sont un petit groupe : une dizaine de militaires, accompagnés d’un policier. Fusil Famas en bandoulière, gilet pare-balle, tenue félin, c’est le nom du nouveau treillis de l’armée française, ils sillonnent Bourges. Le cordon s’étire sur une vingtaine de mètres. Sans un mot, les consignes passent d’un simple regard. En un instant, les militaires se regroupent et forment une bulle de protection à 360 °. Rien de grave, juste l’un d’entre eux qui doit refaire son lacet. Les autres le protègent. Rien n’est laissé au hasard. Les soldats scrutent les toits, les vitrines, l’intérieur des cafés ou des boutiques. Un maitre mot : vigilance.

Les militaires sont là pour repérer tout ce qui parait anormal. Surveillance, renseignement, vigilance.

La technique est la même, que ces soldats patrouillent à Bourges ou à Bamako au Mali. Dans le groupe, un policier : c’est lui qui décide d’un éventuel contrôle, c’est lui qui détient l’autorité judiciaire. Ces militaires peuvent faire usage de leurs armes en cas de légitime de défense uniquement si cela est nécessaire en cas d’agression. La présence des uniformes rassure les passants ou les voyageurs à  la gare. L'effet est également dissuasif.

Ces renforts dans le cadre de Sentinelle, sont tournants. Ils restent quelques semaines dans chacun des vingt départements de la zone de défense Ouest. L’objectif est de démontrer aux terroristes qu’aucune zone du territoire ne reste sans surveillance. Comme aime à le rappeler le Général Bernard Bonnet, délégué militaire pour le département du Cher "Tout repose sur la mobilité du dispositif, nous savons ce que nous devons protéger mais inscrivons notre action dans un mode aléatoire pour être le plus efficace possible".

Le général Bonnet qui nous assure que rien n’est laissé au hasard ; et ce n’est pas parce qu’on ne voit pas de militaires que les lieux ne sont pas surveillés. Le dispositif sait aussi être discret quand cela est nécessaire.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess