Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Bourges : moins de lits fermés à l'hôpital cet été, mais une situation toujours très tendue aux urgences

jeudi 19 juillet 2018 à 18:34 Par Michel Benoît, France Bleu Berry

Moins de lits fermés cet été au centre hospitalier Jacques Coeur de Bourges : 44, selon la CGT qui a fait les comptes. C'est environ moitié moins que l'an dernier. Plutôt une bonne nouvelle donc, même si la situation reste toujours dififcile aux urgences.

Les urgences du centre hospitalier Jacques Coeur de Bourges
Les urgences du centre hospitalier Jacques Coeur de Bourges © Radio France - Michel Benoit

Bourges, France

Comme chaque été, le centre hospitalier de Bourges fonctionnera à flux tendu, regrette Valérie Martin, infirmière, déléguée CGT : les plannings sont très durs cet été : " Moins de lits fermés tant mieux, mais on manque beaucoup de remplaçants pour faire tourner les services, c'est donc actuellement en flux tendu et on trouve beaucoup d'équipes en sous-effectifs. Les plannings sont plutôt bouleversés. Ca coûte cher de prendre ses vacances, en termes de fatigue et de vie familiale puisque, au lieu de travailler un weekend sur deux, on travaille deux ou trois weekends consécutifs. C'est très fatiguant, sans compter qu'il y a quand même de grosses charges de travail liés à des absences non remplacées."  

La CGT du centre hospitalier de Bourges réunie en conseil exécutif . - Radio France
La CGT du centre hospitalier de Bourges réunie en conseil exécutif . © Radio France - Michel Benoit

Situation tendue aussi aux urgences du centre hospitalier de Bourges, où on n'exclut pas de ne pas pouvoir assurer l'équipe du SMUR, certaines nuits.  Même la réserve sanitaire, pourtant débloquée par le ministère, a ses limites, explique Isabelle Meyer, chef du pôle des urgences de l'hôpital de Bourges : " 

Le hall du centre hospitalier Jacques Coeur de Bourges. - Radio France
Le hall du centre hospitalier Jacques Coeur de Bourges. © Radio France - Michel Benoit

L'appel à l'aide lancé par le service a convaincu un médecin généraliste de venir prêter main forte et d'autres contacts ont été établis, assez loin de Bourges : " _Un médecin Belge, à Bruxelles_, s'est manifesté suite aux articles dans la presse, précise Isabelle Meyer, et il envisage de nous rejoindre à l'automne. " Un médecin argentin également. Reste à faire aboutir tout cela. Un pool régional d'urgentistes vient également d'être créé : des médecins autorisés à faire des heures supplémentaires hors de leur structure pour venir aider les hôpitaux les plus en difficulté : " C'est très bien et d'ailleurs un médecin du CHU de Tours est venu nous aider à plusieurs reprises, et d'autres pourraient imiter son exemple. " précise isabelle Meyer. Des efforts tous azimuts, qui ne suffisent cependant pas à garantir la continuité du SMUR de Bourges cet été : les hôpitaux de Vierzon, St-Amand, Nevers, Cosne sur Loire et Gien seraient alors appelés à la rescousse.