Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Bourges : un jeune bachelier, médaille de bronze au concours général des métiers

-
Par , France Bleu Berry

Il fait la fierté du lycée Jean de Berry, à Bourges : Tanguy Charlin, 18 ans, vient de décrocher une médaille de bronze au concours général des métiers. Une année faste puisque ce jeune de St-Doulchard, près de Bourges, a réussi en juin son bac professionnel menuisier agenceur.

Tanguy Charlin travaille cet été dans l'entreprise Bbois de St-Doulchard
Tanguy Charlin travaille cet été dans l'entreprise Bbois de St-Doulchard © Radio France - Michel Benoit

Bourges, France

C'est la première fois qu'un lycéen de Jean de Berry obtient un prix au concours général des métiers. Médaille remise par le ministre de l'éducation nationale il y a quelques jours dans le prestigieux amphithéâtre de la Sorbonne à Paris.  Il y avait une épreuve théorique et une épreuve pratique. Cette dernière consistait à réaliser une console moderne en 24 heures de travail : "C'était dur et très technique assure Tanguy. On devait mettre en oeuvre des techniques qu'on avait pas forcément vues en cours. Il fallait marier du bois et des panneaux, avec de l'alu. Franchement ce n'était pas évident."

Tanguy Charlin avait 24 heures pour fabriquer cette console - Aucun(e)
Tanguy Charlin avait 24 heures pour fabriquer cette console - Tanguy Charlin

Tanguy Charlin ne compte pas s'arrêter en si bon chemin. Son rêve, ce serait d'intégrer l'école Boulle à Paris. En attendant, Tanguy s'est inscrit en BTS construction Bois et Habitat à Vannes. Le jeune homme, lorsqu'il a choisi l'enseignement professionnel, n'imaginait que cela lui assurerait une insertion immédiate : " Je me suis inscrit après la troisième sans savoir vraiment ce que je voulais faire plus tard . A la base, je pensais moi aussi, que la filière professionnelle n'était pas forcément valorisée. Mais quand on donne tout ce qu'on a, on peut ressortir avec un bac pro. Ce n'est pas si mal et surtout, on sait qu'on pourra bosser derrière ". 

Tanguy Charlin aux côtés de Jérôme Riffault, proviseur adjoint et des responsables de Bbois à St Doulchard. - Radio France
Tanguy Charlin aux côtés de Jérôme Riffault, proviseur adjoint et des responsables de Bbois à St Doulchard. © Radio France - Michel Benoit

Tanguy a même reçu une proposition d'embauche dans la société qui l'accueillait en stage. Thibaut de Montrichard, gérant de Bbois à St-Doulchard aurait adoré garder ce jeune d'exception : " Un jeune comme ça, on l'embauche tout de suite. Il a une motivation extraordinaire et surtout un savoir-faire hors du commun. On a tellement de mal à recruter. Tanguy préfère continuer les études. Il a évidemment raison.  Je comprends." 

L'amphithéâtre de la Sorbonne lors de la remise des prix du concours général des métiers. - Aucun(e)
L'amphithéâtre de la Sorbonne lors de la remise des prix du concours général des métiers. - Jérôme Riffault

Car une bonne partie de la réussite en études professionnelles réside dans la motivation. L'équipe du lycée Jean de Berry se bat chaque jour pour donner l'envie aux jeunes. Tanguy peut devenir un excellent ambassadeur estime Jérôme Riffault, proviseur adjoint : " Il est un peu la tête de pont de ce qu'on veut impulser dans la voie professionnelle. A savoir, la recherche de l'excellence. Notre enjeu, c'est de faire que tous nos élèves arrivent au diplôme. C'est même là, le coeur de notre métier. Un élève qui est motivé, on va conituner avec lui, mais un élève qui n'est pas motivé, ce n'est pas évident. C'est toute la difficulté de notre mission. Des réussites comme Tanguy peuvent servir d'exemple pour tirer vers le haut et montrer que l'enseignement professionnel n'est pas une voix de garage." Le lycée Jean de Berry compte bien présenter d'autres candidats l'année prochaine au concours général.