Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : 2020-2021 : 12 mois avec le coronavirus qui ont changé nos vies

Bourges : une infirmière se bat depuis quelques mois pour créer des salles de repos dans les hôpitaux

-
Par , France Bleu Berry

Journée spéciale France Bleu pour célébrer l'engagement de tous ceux qui étaient en première ligne il y a un an pour affronter la première vague Covid : on met à l'honneur une infirmière de l'hôpital de Bourges : Nora Viviani. La jeune femme veut se battre pour le confort au travail de ses collègues

Nora Viviani veut créer des salles de repos pour les personnels des hôpitaux, partout en France
Nora Viviani veut créer des salles de repos pour les personnels des hôpitaux, partout en France © Radio France - Michel Benoît

Le projet pilote sera évidemment à l'hôpital Jacques Coeur de Bourges :  cette salle de 300 m2 devrait ouvrir en juillet. La marque " C'est qui le patron ? " met à disposition son fonds de soutien. Autre soutien inattendu, celui de l'acteur Guillaume Canet.  Jamais cette infirmière du  bloc opératoire n'aurait pensé que son idée prendrait aussi vite et aussi fort...

Le projet retenu pour la future salle de repos du centre hospitalier Jacques Coeur de Bourges.
Le projet retenu pour la future salle de repos du centre hospitalier Jacques Coeur de Bourges. - Nora Viviani

Volontaire et résolue, Nora Viviani l'est assurément... l'infirmière l'a prouvé dès le début de l'épidémie en rejoignant le service covid de son hôpital : " J'ai tout de suite voulu être volontaire " assure la jeune femme, mère de trois enfants. " A l'époque, on s'est mis en danger. On n'avait pas assez de matériels de protection, on ne connaissait pas le virus, mais on y est allé. Ce qui était beau, c'était solidarité extraordinaire. Il n'y avait plus de diplôme, de médecin, d'infirmières, d'aides-soignants. On travaillait ensemble pour être efficace dans l'instant, un peu comme en médecine de catastrophe. Et ensuite, il a fallu que je donne un sens à tout cela parce que je me suis dit, plus jamais cela, plus jamais cela ! "  Trouver un sens en redonnant aux soignants ce qu'ils ont offert. L'idée de ces salles de repos était née : " Je me suis dit que si on ne prenait pas soin des soignants, il n'y aurait plus personne pour soigner les malades. Je veux donc créer des grandes salles de détente, accessibles 24H/24, ouvertes à tous les hospitaliers. Un endroit sympa, apaisant, où on puisse profiter de prestations bien-être. Un endroit où on puisse échanger pour décloisonner les services. Pouvoir aussi réchauffer sa gamelle tout simplement parce que c'est le système D actuellement. Partager des moments rigolos autour d'un baby-foot pour pouvoir extérioriser les choses. Quand on revient d'une intervention avec les pompiers sur des choses pas jolies, on a besoin de déconner. C'est vital de rire ! " 

L'hôtel Villa C, à Bourges, a rejoint le combat de Nora Viviani en offrant des séjours aux soignants.
L'hôtel Villa C, à Bourges, a rejoint le combat de Nora Viviani en offrant des séjours aux soignants. © Radio France - Michel Benoit

Un soir, l'infirmière interpelle l'acteur Guillaume Canet sur Instagram : la star la rejoint sur une manif à Paris : " Guillaume Canet, c'est un ange-gardien, à distance. Quelqu'un de bienveillant. Je sais que si demain, j'ai besoin, je n'aurai qu'à l'appeler. " La notoriété de l'acteur met en lumière le projet et une grande marque devient partenaire : " C'est la marque C'est qui le patron qui a créé le fonds de solidarité qui nous soutient. L'ambition est aussi d'emmener d'autres grandes marques dans l'aventure. " Les 80.000 euros pour la salle de repos de Bourges sont assurés... L'ambition est d'essaimer partout en France. Nora Viviani a d'ailleurs mis entre parenthèses son métier d'infirmière pour se consacrer totalement à cela. Un partenariat est également noué avec l'association créée par Anne Roumanoff " Solidarité avec les soignants " dont l'objectif est d'équiper les salles de repos pour les soignants. Nora Viviani espère également décrocher un rendez-vous avec le ministre de la santé pour obtenir un agrément afin d'intervenir dans les hôpitaux. Aussi étonnant que cela paraisse, beaucoup de matériels (fauteuil, canapé, cafetière, micro-onde) est en effet refusé par les hôpitaux, soit disant pour non -conformité... L'habituelle lourdeur administrative française, à moins qu'il ne s'agisse de quelque ego mal placé  ! 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess