Société

Bourges : une petite douceur pour La maison des Forestines ?

Par Michel Benoît, France Bleu Berry mardi 19 janvier 2016 à 9:50

L'immeuble de la Forestine n'est pas près de perdre ses échafaudages
L'immeuble de la Forestine n'est pas près de perdre ses échafaudages - Michel Benoit

La Forestine a besoin de vous ! La célèbre confiserie de Bourges a été ravagée par un incendie à Pâques et compte sur votre soutien pour relancer au plus vite la fabrication du bonbon emblématique.

La Forestine veut renaitre de ses cendres. Rue Moyenne, on peut voir les échafaudages qui sécurisent le bâtiment depuis 9 mois… Aujourd’hui les expertises réclamées par les assureurs prennent du temps et les travaux n’ont toujours pas démarré.

L'appel lancé par la confiserie àl'emplacement de son magasin endommagé - Radio France
L'appel lancé par la confiserie àl'emplacement de son magasin endommagé © Radio France - Michel Benoit

La confiserie n’a plus de boutique ni de laboratoire et elle lance un appel au don sur internet pour pouvoir redémarrer. La Forestine, c’est le bonbon emblématique de Bourges. Il a été crée par Georges Forest en 1879, le premier bonbon de sucre fourré au monde, dur à l'extérieur, tendre à l'intérieur. L'immeuble date de 1884, le plus beau de la rue Moyenne, dans son style Hausmanien. Jean-François Tavernier, le responsable de la confiserie, compte sur cet affectif qui est ancré chez tous les berruyers pour relancer la fabrication du bonbon dans un local temporaire et faire face aux charges que les assurances tardent parfois à rembourser… L'entreprise doit ainsi continuer d'avancer l'argent pour payer les charges sociales de ses 8 salariés alors qu'elle ne réalise plus aucune vente depuis des mois. L’incendie, probablement déclenché dans la cuisine d’un restaurant voisin, a ruiné toute l’activité.

Jean-François Tavernier, responsable de la maison des Forestines - Radio France
Jean-François Tavernier, responsable de la maison des Forestines © Radio France - Michel Benoit

Reste à trouver ces locaux. La fabrication traditionnelle du bonbon, dite à four nu, c'est à dire directement sur la flamme, complique les choses avec les normes actuelles et alourdit la facture.

La Forestine pourrait faire sa réapparition pour Pâques, si tout va bien…

Pour tout don : www.forestines.fr

Partager sur :