Société

Bourgogne : le "congé de proche aidant" entre en vigueur

Par Justine Dincher, France Bleu Bourgogne mercredi 28 décembre 2016 à 18:39

(image d'illustration)
(image d'illustration) © Maxppp - DOUMSG/PHOTOPQR/VOIX DU NORD

Le "congé du proche aidant" entre en vigueur partout en France, le 1er janvier 2017. Il va permettre à l'entourage de personnes malades ou handicapées, de prendre un "repos" pour s'occuper de ce proche qui en a besoin. Réactions en Bourgogne.

Cette nouvelle mesure pourrait concerner quatre millions de Français. Au 1er janvier 2017, le "congé du proche aidant", qui remplace "le congé de soutien familial" jusque là peu connu et peu utilisé, entre en vigueur. En France, on estime que huit millions de personnes s'occupent d'un parent dépendant, malade ou handicapé. La moitié sont salariés. Pour eux, c'est souvent très compliqué de concilier les deux : boulot et accompagnement du proche malade.

Trois mois de congé, renouvelables une fois

Cette loi crée donc un nouveau congé sans solde, d'une durée de trois mois, renouvelable une fois, pour pouvoir s'occuper d'un proche qui en a besoin. Le salarié pourra cesser totalement son activité ou travailler à temps partiel. Il devra avoir au moins un an d'ancienneté dans l'entreprise, contre deux aujourd'hui. Aussi, il ne sera pas obligé d'avoir un lien de parenté avec cette personne.

"Enfin, on prend conscience que les aidants ont besoin d'être aidés", Michel DASRIAUX, Président de l'association France Alzheimer Côte-d'Or

Forcément, ce congé est une bonne nouvelle pour Michel DASRIAUX, Président de l'association France Alzheimer Côte-d'Or. Il va concerner, en grande partie, les proches des 900.000 malades d'Alzheimer français. "C'est un texte de loi qui me paraît très très important", explique Michel DASRIAUX, "il montre que nous avons enfin pris conscience que les aidants avaient besoin d'être aidés. Un aidant sur trois meurt avant la personne aidée. Ils sont des parties prenantes de la maladie, avec toutes les difficultés psychologiques ou financières qu'elle entraîne".

4 millions de Français concernés

Une autre association se réjouit de ce nouveau congé. Catherine LIENHARDT est déléguée de l'Association Française des Sclérosés en Plaque de Côte-d'Or : "forcément, c'est une bonne nouvelle ! Les aidants sont tout le temps très sollicités par les malades afin de les aider dans leurs tâches administratives ou médicales. Le quotidien d'un aidant, c'est tout le temps jongler avec les horaires".

Dans le département, 2.500 personnes sont touchées par la sclérose en plaque. Catherine LIENHARDT fait partie de ces malades : "moi, j'ai la chance d'avoir un mari à la retraite, mais il est très important pour moi. J'ai des problèmes cognitifs, je suis tout le temps en train de chercher mes mots, j'ai besoin de lui souvent, je l'emmène partout. C'est un peu mon disque dur externe !"

Cette mesure entre en vigueur le 1er janvier 2017.