Société

Braderie de Lille 2017 : les commerçants entre soulagement et découragement

Par Lucas Valdenaire, France Bleu Nord et France Bleu dimanche 13 août 2017 à 13:33

En 2015, la braderie de Lille avait attiré près de 2,5 millions de visiteurs et environ 8 000 exposants.
En 2015, la braderie de Lille avait attiré près de 2,5 millions de visiteurs et environ 8 000 exposants. © Maxppp - Lefebvre / PHOTOPQR /VOIX DU NORD

Les 2 et 3 septembre, la plus grande brocante d'Europe est de retour. Annulée l'an dernier suite à l'attentat de Nice, la braderie de Lille aura bien lieu cette année mais avec de nouvelles règles de sécurité. Quand certains commerçants sont soulagés, d'autres se disent totalement découragés.

C'est une Braderie de Lille nouvelle version qui se prépare. Les 2 et 3 septembre, la capitale des Flandres accueille de nouveau la plus grande brocante d'Europe. L'année dernière, elle avait été annulée à cause de la menace terroriste, quelques semaines après l'attentat de Nice. Cette année, elle fait son grand retour, mais il va falloir compter sur de nombreux bouleversements.

Parmi ces changements :

  • la restriction du périmètre : la Braderie 2017 comptera 60 kilomètres de stands, contre 75 auparavant. Ce périmètre se concentre uniquement dans le centre et le Vieux-Lille. Sont donc exclus les quartiers de Wazemmes et de Moulins.
  • la réservation d'un emplacement devient obligatoire (il faut la faire avant le mercredi 23 août)
  • la Braderie reste gratuite pour les habitants et les commerçants de la ville mais les brocanteurs et antiquaires doivent payer 250 euros pour avoir un espace réservé.

"C'est devenu trop commercial"

Sans oublier la limitation du nombre de vendeurs ambulants. La maire de Lille Martine Aubry espère ainsi retrouver "l'authenticité" de la braderie lilloise. Et ces nouvelles mesures semblent appréciées par la plupart des chineurs amateurs de la région. "Le principal c'est d'avoir la Braderie, souligne Josiane.

"Moins de marchands et plus de contrôles, cela ne dérange pas. Le principal c'est de profiter de notre braderie, celle qu'on n'a pas eu l'année passée."

"C'est vrai que cela devenait trop commercial, rappelle Delphine. Il n'y avait plus l'esprit des vrais brocanteurs. C'est pour ça qu'on commençait à ne plus avoir envie de la faire."

Même chose pour Alexandre, lui qui vient juste pour se promener dans les rues lilloises : "je m'attendais à voir des habitants qui vendaient leurs articles mais en fait on s'est retrouvés qu'avec des marchands. Des marchands d'oreillers, de baladeurs mp3. Bref, tous les trucs qu'on trouve au marché."

"Pour moi ce n'est pas un marché de brocanteurs. Si c'est juste pour acheter un mp3 ou manger un kebab, il n'y a plus d'intérêt."

"La Braderie ? Ce n'est plus comme avant"

Mais pour Antoine, c'est aussi ça le charme de Lille : le foisonnement de vendeurs. "La braderie c'est tellement grand qu'on s'y retrouve. C'est le but d’ailleurs : satisfaire le plus grand monde. Aussi bien celui qui vient acheter une coque de téléphone portable que des antiquités."

Du côté des brocanteurs, ce n'est pas du tout la même histoire. Christine est Strasbourgeoise. Elle vient tous les ans pour la Braderie, mais cette année, elle n'y sera pas : "j'étais très heureuse de la faire mais je ne regrette pas de ne pas y être cette année."

"Avant, on s'installait un peu partout, c'était sympa. Maintenant c'est comme tout : c'est réglementé. Ça laisse moins de libertés. Bref, ce n'est plus comme avant."

Juste à côté, Dany le brocanteur. Lui aussi est Alsacien. Lui aussi venait tous les ans mais là, c'est cette nouvelle taxe de 250 euros qui pose problème : "à l'époque, c'était gratuit ! On venait à la sauvette entre guillemets avec ma copine et ma caravane. Les organisateurs étaient compréhensifs. Là, pour deux jours, ça me parait cher."

"On nous a détruit notre Braderie de Lille"

Un vrai coup dur également pour Greg, un brocanteur lillois. Il ne participera pas à la Braderie cette année, pour la première fois de sa vie : "je suis fort déçu, j'avais commencé la Braderie, j'avais 16 ans. On a été viré. On n'a le droit qu'à cinq mètres ou alors il faut payer 250 euros les dix mètres !"

"Franchement, ça décourage. Les étrangers viendront presque pas. On nous a détruit notre Braderie de Lille."

Mais pour la plupart des commerçants, le retour de la Braderie lilloise est un véritable soulagement. Cindy se rappelle de sa fille, commerçante du Vieux-Lille, au lendemain de l'annulation de l'édition 2016 : "pour elle, l'année dernière, cela a été très compliqué au niveau du chiffre d'affaires et au niveau des stocks !"

"Elle est soulagée que ça reprenne. D'ailleurs, elle est déjà en train de préparer sa braderie. Il y a des règles et il faut savoir les respecter. Si cela peut permettre aux gens de pouvoir profiter de la Braderie et de retrouver cette convivialité. C'est un moment mémorable pour les Lillois et tous les habitants des alentours."

Si vous voulez vous inscrire, faites vites, vous avez jusqu'au mercredi 23 août. Il y a deux ans, la braderie avait attiré près de 2,5 millions de visiteurs et environ 8 000 exposants.