Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Bras de fer avec le Vatican : en Mayenne, des sœurs veulent renoncer à leurs vœux

mercredi 28 novembre 2018 à 6:01 France Bleu Mayenne

Les petites sœurs de Marie ont envoyé leur requête au Vatican. Elles sont prêtes à renoncer à leurs vœux par conviction. Les religieuses refusent qu'on leur impose une nouvelle mère supérieure.

Les petites Sœurs de Marie sont installées à Saint-Aignan-sur-Roë depuis plus de 50 ans.
Les petites Sœurs de Marie sont installées à Saint-Aignan-sur-Roë depuis plus de 50 ans.

Saint-Aignan-sur-Roë, France

Elles tiennent tête au Vatican depuis maintenant plusieurs mois, les Petites sœurs de Marie, dont une partie est installée à Saint-Aignan-sur-Roë (deux autres sites à Arquenay et à Castelnau d'Estrefon, près de Toulouse), sont en conflit avec le dicastère romain. En effet, ce dernier souhaite leur imposer une nouvelle mère supérieure

En attente d'une réponse du Vatican

On reproche aux Petites sœurs de Marie, un manque de modernité et un problème de gouvernance. Des accusations contestées par la congrégation qui craint que son charisme ne soit ébranlé avec l'arrivée d'une nouvelle mère. Par conviction, les sœurs ont donc demandé à être relevées de leurs vœux, elles ont chacune envoyé une lettre au Vatican. "Nous voulons redevenir libres, nous sommes depuis un an et demi conditionnées, nous ne pouvons plus rien faire, si l'on veut conserver la fidélité au charisme, renoncer à nos vœux est le seul moyen", raconte Sœur Marie de Saint-Michel qui mène les 14 sœurs de Saint-Aignan-sur-Roë.

Renoncer à leurs vœux signifie redevenir de simple baptisées, une décision qui doit toutefois être validée par le Vatican, cela peut prendre plusieurs mois avant d'avoir une réponse. En attendant, les sœurs poursuivent leur vie religieuse. "On est dans l'attente d'une réponse de Rome[...],c'est douloureux on est pas rentrées dans les ordres pour ça mais on pense que c'est la moins pire des solutions" explique Sœur Agnès-Marie. 

Que deviendront les Petites sœurs de Marie si le Vatican accepte leur décision? Sœur Marie de Saint-Michel entretient le mystère : "je ne désire pas le dire maintenant".