Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Bretagne : avant le confinement, la course dans les supermarchés et chez les coiffeurs

A quelques heures de l'allocution du Président de la République, les Bretons se sont rués chez les coiffeurs et dans les supermarchés de la région.

Les coiffeurs ont rapidement été pris d'assaut. (Illustration)
Les coiffeurs ont rapidement été pris d'assaut. (Illustration) © Maxppp - Maxppp

Avant même l'annonce du nouveau confinement par Emmanuel Macron, de nombreux Bretons se sont rués dans les supermarchés. Très tôt dans la matinée, certaines applications de "drive" étaient hors service. La veille, Michel-Edouard Leclerc avait pourtant appelé les consommateurs à ne pas créer de pénurie.

250 euros de course et des provisions pour Noël

Nicole et son mari sortent d'un supermarché de l'agglomération de Saint-Brieuc avec deux chariots bien garnis. "Nous sommes des personnes à risque alors je fais mes courses tous les quinze jours. On a fait pour un peu plus longtemps pour ne pas avoir à envoyer nos enfants faire les courses pour nous, " explique Nicole. Agnès et Bernard ont également été prévoyants. "On a prévu plus pour éviter les sorties plus fréquentes. Il y a du monde et tout ce qui est plus cher qui est en haut dans les rayons ça reste et ce qu'il y a en bas ça part !" Christian est en train de remplir son coffre. "J'ai fait les courses pour trois semaines. J'ai pris cette habitude pendant le premier confinement et j'ai pris des choses pour Noël, des Saint-Jacques, des langoustines, la note de 250 euros est douloureuse à la sortie."

Un peu plus loin, le parking d'un grand magasin de bricolage est bondé. Impossible de trouver une place. Il y a aussi du monde dans le magasin de jouets tout proche. Virginie et Christiane pensent à Noël. "On anticipe les cadeaux d'anniversaire et ceux de Noël. On repère ce qui nous intéresse. C'est surtout pour les enfants. Les adultes pourront attendre."

Les rendez-vous s'enchaînent chez les coiffeurs

A Rennes, les salons de coiffure ont également été pris d'assaut. "Ça n'a pas arrêté de sonner pour des rendez-vous aujourd'hui et demain jeudi. Les gens veulent aussi savoir si ils doivent annuler leur rendez-vous ou pas," explique Alexy coiffeuse et coloriste. Même constat chez Franck. "Il y a un stress un peu collectif. Les gens sentent qu'il va se produire quelque chose et les gens veulent tous se faire couper les cheveux." Antoine a même du mal à répondre à toutes les demandes. "Il y avait déjà beaucoup de rendez-vous. C'est difficile de faire de la place."

Dès vendredi, ces commerçants vont devoir fermer leurs portes pour au moins quatre semaines.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess