Infos

A Bretteville-sur-Laize, les habitants sont divisés sur l'accueil des réfugiés

Par Jean-Baptiste Menanteau, France Bleu Normandie (Calvados - Orne) lundi 10 octobre 2016 à 19:02

« La commune de Bretteville -sur- Laize, près de Caen,  pourrait accueillir des migrants de Calais (ici, la Jungle de Calais en septembre). »
« La commune de Bretteville -sur- Laize, près de Caen, pourrait accueillir des migrants de Calais (ici, la Jungle de Calais en septembre). » © Maxppp - Jean-Pierre Brunet

Avec le démantèlement à venir de la "Jungle" de Calais, la commune pourrait accueillir 32 réfugiés. L'ancienne maison de retraite ferait office de lieu d'accueil.

La nouvelle n'a pas été officiellement confirmée, mais elle inquiète déjà une partie des 1700 habitants de Bretteville-sur-Laize. L'arrivée prochaine de 32 réfugiés ne fait pas l'unanimité parmi la population. Le 30 septembre dernier, des commerçants du centre-ville avaient même placardé sur la devanture de leurs établissements une affichette. Ils proclamaient leur désaccord avec virulence. "Non au centre d'accueil", était écrit en lettres capitales, avec des accusations de violences contre les migrants.

Ces affiches ont choqué l'ancien maire du village, Jean-Jacques Lacoste, même s'il ne se montre pas étonné. Il estime d'ailleurs que "ce qui est effrayant, c'est que la France n'est pas considérée par les migrants comme la patrie des droits de l'homme, puisqu'en majorité, ils ne visent pas [notre pays] mais les pays Nordiques". Il a porté plainte pour incitation à la haine. Les affichettes ont par la suite été enlevées et une enquête a été ouverte par la gendarmerie de Troarn.

"Ce qui m'a beaucoup choqué, c'est que notre pays, que je croyais être la patrie des droits de l'Homme, ne l'est plus" - Jean-Jacques Lacoste, ancien maire de Bretteville-sur-Laize

Malgré la polémique, quelques habitants assument leurs positions. Attablés au bar "le Newton", Jacques* et ses amis dissertent sur la situation. Sur son tee-shirt, il a scotché un petit bout de papier. Dessus est écrit "à vendre église pour mosquée". Mais Jacques ne fait pas que manier l’ironie. Il estime que la présence des migrants est “incompatible” avec celle des habitants, que leur religion est “problématique” et, enfin, qu’ils “refusent de s’intégrer”.

Une position minoritaire, la plupart des habitants sont plutôt favorables à cette venue. Laurence, infirmière Brettevillaise, ne comprends pas les réfractaires : “avoir des préjugés sur des gens qu’on ne connaît pas, qui sont dans la misère la plus totale, ce sont des à priori qui sont un peu dérangeants”. Laure, une autre Brettevillaise, va même plus loin, et affirme qu’elle serait “d'accord” pour leur venir en aide et leur fournir des provisions.

En attendant, la décision est suspendue au démantèlement de la “Jungle” de Calais. François Hollande l’a annoncé le 26 septembre dernier, sans fixer de date. En attendant, à Bretteville-sur-Laize, les discussions vont bon train.

*à sa demande, son prénom a été modifié.

A Bretteville-sur-Laize, les avis sont partagés sur l'accueil des réfugiés

Bretteville-sur-Laize est située à une vingtaine de kilomètres au sud de Caen - Visactu
Bretteville-sur-Laize est située à une vingtaine de kilomètres au sud de Caen © Visactu

Partager sur :