Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Les rues de Strasbourg sillonnées par la police

DIRECT - Fusillade à Strasbourg : au moins deux morts, le tireur en fuite identifié

Société

A Bretteville-sur-Laize, un mois après l'arrivée des réfugiés de Calais, les habitants facilitent leur intégration

jeudi 24 novembre 2016 à 8:00 Par Jean-Baptiste Menanteau, France Bleu Normandie (Calvados - Orne)

Les 32 réfugiés ont dû quitter la jungle de Calais après son démantèlement, et avant d'être relogés à Bretteville-sur-Laize, au sud de Caen. Depuis leur arrivée il y a un mois, les habitants se démènent pour faciliter leur intégration.

32 réfugiés sont accueillis dans cet ancien EPHAD de Bretteville-sur-Laize (14)
32 réfugiés sont accueillis dans cet ancien EPHAD de Bretteville-sur-Laize (14) © Radio France - Carole Louis

Bretteville-sur-Laize, France

Un mois après leur arrivée, la présence de 32 migrants à Bretteville-sur-Laize, au sud de Caen, suscite beaucoup moins de polémiques qu'au moment de l'annonce de leur venue. C'est même l'inverse qui est en train de se produire. Les habitants s'organisent pour leur fournir des vêtements, chaussures, nourriture et même des cours de français sans contrepartie.

L'histoire avait mal démarré. Quatre commerçants avaient placardés sur la devanture de leurs boutiques des affiches hostiles à cette présence, des élus Front National s'y étaient opposés en distribuant des tracts. Petit à petit, la situation s'est apaisée et les habitants apprennent à connaître les nouveaux pensionnaires de l'ancienne maison de retraire.

"On va devoir créer un collectif"

Rien n'indique que 32 Soudanais, Érythréens, et Afghans ont élu domicile à l'intérieur des murs. Les volets sont fermés, aucun nom sur la boîte aux lettres. Mais dans le village tout le monde sait où ils habitent. Sonia, boulangère du village, vient même leur apporter du pain "tous les soirs", ses invendus dira-t-elle. Et puis, la journée, elle s'arrange pour leur fait une ristourne sur le prix : "ils viennent chercher 20 pains et je leur fais payer que trois pains". Aucune peur, son petit garçon de six ans joue au ballon avec eux.

Sonia est loin d'être un cas isolé. Christine est ravie de sa rencontre avec eux : "ils sont très souriants, quand on les croise, ils disent toujours bonjour". Plusieurs bénévoles se sont mêmes signalés pour leur donner des cours de français. Le responsable du magasin de vêtement a même vu des gens leur "payer un paquet de cigarettes ou deux". Les actions de ce type se multiplient, à tel point que Bruno François, le maire de la ville croule sous les demandes, "on va devoir créer un collectif", explique-t-il. Une cinquantaine de personnes se sont manifestées.

A Bretteville-sur-Laize, le "devoir de solidarité" dont parlait le préfet du Calvados Laurent Fiscus mardi 11 octobre sur France Bleu semble bel et bien respecté. Le 6 décembre prochain, un concert sera même organisé en faveur des réfugiés, dans la salle de spectacle de la commune.

32 réfugiés de Calais accueillis à Bretteville-sur-Laize prés de Caen - Visactu
32 réfugiés de Calais accueillis à Bretteville-sur-Laize prés de Caen © Visactu