Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
International

Les douaniers de l'aéroport Nice-Côte d'Azur craignent l'arrivée de Boris Johnson et le Brexit

-
Par , France Bleu Azur

L'arrivée de Boris Johnson comme Premier ministre britannique redonne un coup de fouet au Brexit. Une sortie d'Europe de l'Angleterre qui aura de multiples conséquences dans les Alpes-Maritimes, à commencer par les douanes à l'aéroport Nice-Côte d'Azur.

Contrôle à l'aéroport de Nice
Contrôle à l'aéroport de Nice © Maxppp - PHOTOPQR/NICE MATIN/MAXPPP

Nice, France

Le Brexit est de retour au premier plan de la politique anglaise depuis l'arrivée de Boris Johnson comme Premier ministre britannique. Fervent défenseur d'une sortie de l'Europe pour son pays, l'ancien maire de Londres veut aller vite et enchaîne les réunions cet été. Dans les Alpes-Maritimes, les conséquences seront nombreuses. Exemple aux douanes de l'aéroport de Nice-Côte-d'Azur. 

"Nous ne sommes pas assez nombreux pour faire face, demain, aux contrôles des marchandises et des voyageurs qui partiront ou qui arriveront du Royaume-Uni, explique Gérard Vincent, de la CGT. Le rétablissement des frontières pour tout le transit avec Londres par exemple représentera un changement énorme et une masse de travail très importante". Des franchises, des frais, des taxes pourraient voir le jour sur les marchandises et les biens des voyageurs. À cela, les contrôles de nombreux bordereaux comme c'est le cas avec des pays extracommunautaires seront alors nécessaires. 

Des moyens supplémentaires prévus mais toujours attendus

Depuis plusieurs mois, les syndicats demandent donc des moyens en prévision du Brexit. "Il nous ont promis 12 personnes de plus mais seulement trois sont arrivés en mars dernier. Les autres mutations ou nominations sont suspendues au Brexit. On y verra peut-être plus clair à l'automne, poursuit le syndicaliste, mais on espère que notre administration fera face sinon il y aura de nouvelles tensions sociales."

Choix de la station

France Bleu