Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
CARTE - Météo France maintient 13 départements en vigilance rouge canicule, les orages arrivent par l'ouest
Dossier : Brexit

Brexit : comment réagit la communauté britannique de Chaillac ?

-
Par , France Bleu Berry

Après 3 ans de tergiversations, le Brexit devient officiel ce 31 janvier. Ce changement dans les relations diplomatiques affecte les habitants au Royaume-Uni mais aussi les britanniques expatriés en France. C'est le cas à Chaillac, où vit une communauté de britanniques.

Laura, expatriée britannique à Chaillac (Indre)
Laura, expatriée britannique à Chaillac (Indre) © Radio France - Elodie Rabelle

"On s'est toujours dit que ce Brexit ne se ferait pas et finalement, on y est là !" résume Laura, une expatriée du Royaume-Uni qui tient une agence immobilière à Chaillac.  En effet, après 3 années de négociations le Royaume-Uni va officiellement sortir de l'Union européenne ce 31 janvier 2020. Dans cette commune au sud de l'Indre vit toute une communauté britannique pour qui le Brexit est un sujet presque tabou tant il a fait débat. 

Des conséquences déjà visibles 

Pour Laura, le Brexit a déjà eu un impact négatif sur ses affaires, elle qui vend beaucoup de maisons à des britanniques souhaitant avoir un pied à terre dans la campagne berrichonne : "dès l'annonce du référendum, il y a eu moins d'Anglais qui voulaient acheter. Depuis le vote contre l'UE, il y a eu une baisse dans mon chiffre d'affaires parce-qu'ils ne savaient pas sous quelles conditions ils allaient pouvoir voyager en Europe !" 

Le Brexit, Laura ne le souhaitait pas : "J'ai voté contre, j'ai été très déçue du résultat du référendum. Pour moi, on est plus forts quand on reste ensemble mais maintenant que c'est fait il va falloir qu'on sache ce que ça va changer pour nous." 

Des incertitudes sur l'avenir

Jill habite à Chaillac depuis une dizaine d'années avec son mari John. Tous deux, comme Laura, ont demandé la nationalité française peu après le référendum en faveur du Brexit. "On avait déjà envie d'avoir la nationalité française, mais avec ce vote, on l'a vite demandé pour rester européens parce qu'on ne sait toujours pas ce qui va vraiment se passer", explique-t-elle. 

La professionnelle de l'immobilier est tout de même amère : " Au final, la seule chose positive en 3 ans de négociations avec le Brexit, c'est que c'est enfin fini." Résignée, elle souhaite aller de l'avant : "Maintenant, il faut qu'on soit clair sur les accords que l'on garde avec l'UE. Le Brexit c'est fait. Maintenant on veut savoir comment on va vivre avec." 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess