Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : Brexit

Brexit : ces Britanniques du Poitou reçoivent la nationalité française

jeudi 11 avril 2019 à 22:50 Par Jules Brelaz, France Bleu Poitou et France Bleu

Face à l'impasse du Brexit, les Britanniques vivant dans le Poitou sont de plus en plus nombreux à demander leur naturalisation française. L'une de ces Anglaises chante désormais presqu'à merveille "La Marseillaise" et a remisé au placard l'hymne "God Save The Queen".

Le décret de naturalisation remis vendredi 5 avril à onze Britanniques vivant dans le Poitou.
Le décret de naturalisation remis vendredi 5 avril à onze Britanniques vivant dans le Poitou. © Radio France - Jules Brelaz

Poitiers, France

Alors que la date butoir du divorce entre le Royaume-Uni et l'Union européenne était prévue ce vendredi 12 avril, la Première ministre britannique Theresa May a obtenu jeudi du Conseil européen à Bruxelles un nouveau report flexible de six mois jusqu'au 31 octobre. Si le spectre d'un no deal semble s'éloigner, l'amateurisme et les atermoiements de la classe dirigeante anglaise poussent de plus en plus d'Anglais installés dans le Poitou à céder à la tentation de la naturalisation française

"Le Brexit c'est un cauchemar pour les Britanniques, c'est affreux (...) cette naturalisation c'est une fierté et un soulagement, on pense comme les Français, on aime le fromage, le vin, et les broyés du Poitou !" (Clive et Helen) 

Chic anglais oblige, Clive a mis pour l'occasion sa plus belle cravate rouge et verte représentant des petits pots de fleurs so British. Ce retraité britannique et son épouse Helen ont reçu vendredi 5 avril leur décret de naturalisation française lors d'une cérémonie officielle à la préfecture de la Vienne. Sur les 75 nouveaux citoyens français accueillis ce jour-là figuraient 11 Anglais, constituant le plus important contingent. 

Les 75 "nouveaux" citoyens français naturalisés le 5 avril à la Préfecture de la Vienne. - Radio France
Les 75 "nouveaux" citoyens français naturalisés le 5 avril à la Préfecture de la Vienne. © Radio France - Jules Brelaz

"Je suis fière, la France c'est chez moi"

Alors que la préfecture de la Vienne ne comptabilisait que trois Britanniques ayant demandé la nationalité française entre 2016 et 2017, leur nombre a bondi à 27 depuis 2018. 

"Le Brexit m'a donné davantage envie de demander la nationalité française, je me sens plus française qu'anglaise." (Victoria, 27 ans)

"Je ressens un grand honneur d'être accepté d'une telle façon sur le territoire français", confie Finn, un jeune homme né à Londres. "Le jour de gloire est arrivé, claironne Helen avec son mari Clive. C'est un soulagement, une fierté, un grand plaisir". Autrement dit, trois sentiments que leur pays d'origine ne leur inspire plus. "Il y a un mot en français pour décrire le Brexit, le bazar !"

Helen et Clive "heureux et fiers" de recevoir la nationalité française. - Radio France
Helen et Clive "heureux et fiers" de recevoir la nationalité française. © Radio France - Jules Brelaz

Pour le député du Sud-Vienne Jean-Michel Clément, la hausse des demandes de naturalisation française "n'est pas une surprise, on s'y attendait un peu, et je pense que ce n'est pas terminé, d'autres vagues sont à venir, ils ont très mal vécu le vote sur le Brexit au Royaume-Uni et puis surtout le temps d'après, c'est-à-dire, on veut sortir mais on ne sait pas comment, cette déception les a amené à faire un choix qu'ils n'auraient certainement fait en d'autres temps".