Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Brexit : en Dordogne, 80 Britanniques défilent chaque jour en préfecture pour obtenir un titre de séjour

-
Par , France Bleu Périgord

C'est la ruée vers les titres de séjour. A un mois du Brexit, les 8.000 Britanniques de Dordogne défilent en préfecture pour obtenir les cartes qui leur permettront de rester en France après la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne

Un couple de Britanniques venus demander son titre de séjour à la préfecture de la Dordogne avant le Brexit
Un couple de Britanniques venus demander son titre de séjour à la préfecture de la Dordogne avant le Brexit © Radio France - Antoine Balandra

J-30 !!! Dans un mois tout juste, le Royaume Uni ne fera plus partie de l’Union Européenne et en sortira. Le Brexit sera effectif ! Une catastrophe pour beaucoup des 8.000 résidents Britanniques du Périgord, département où leur nombre est le plus élevé en France.

Alors ils sont nombreux à entamer les démarches pour obtenir un titre de séjour, afin de pouvoir rester en France. La préfecture de la Dordogne a donc créé début octobre un bureau spécial rien que pour eux… 

Car les Britanniques qui veulent rester en France ont jusqu’au 30 juin 2021 pour demander le titre de séjour et jusqu’au 1er octobre 2021 pour le décrocher… Au bureau de la préfecture spécial Brexit, c’est donc l’affluence.

Sarah et Ian Campbell par exemple, sont venus de Saint Priest les Fougères en Périgord vert. Ce couple de retraités qui ont monté une micro entreprise en Dordogne, est surtout inquiet pour ses proches restés en Angleterre. "Surtout pour nos enfants, qui resteront là-bas après le Brexit" disent-ils, eux qui se sentent profondément "européens".

Sarah Campbell habite de façon permanente depuis trois ans. "Je veux rester ici pour toujours. J’ai vécu partout dans le monde. Et pour la première fois dans ma vie, je me sens ici comme à la maison. Nous avons les gens les plus merveilleux dans notre village qui nous ont ouvert les bras. Nous aimons l’art de vivre, l’assurance maladie, c’est bien non ?" sourit-elle.

Le bureau Brexit à Périgueux
Le bureau Brexit à Périgueux © Radio France - Antoine Balandra

Elle obtiendra donc bientôt un titre de séjour pour 5 ou 10 ans. Pour l'instant, la préfecture n'a prononcé aucun refus. Et pourtant elle voit défiler de très nombreux Britanniques. Un défilé incessant explique Anne Sophie Larue chef du bureau des migrations à la préfecture : "Environ 80 personnes par jour sur rendrez vous. C'est énorme. Il y a 7.000 personnes à entendre en 6 mois. Normalement on est à 2.200 titres de séjour par an et donc 7.000 en plus exceptionnellement cette année" dit-elle.

Au guichet, la préfecture a recruté 5 agents contractuels , pour aider au mieux les ressortissants britanniques dont  Olivier : "Leur principale angoisse, c'est de savoir s'ils vont obtenir leur titre et quand, mais globalement tout se passe bien, cela fait de nombreuses années qu'ils vivent ici, ils tiennent à rester habiter en Dordogne" dit-il.

La responsable du pôle Brexit à la préfecture, Caroline Barjou ajoute : "Les Britanniques veulent rester en Dordogne. Mais ce sont aussi les membres des familles des Britanniques qui peuvent être de pays tiers. Ils viennent finaliser leurs demandes. C'est des gens qui vivent en France depuis longtemps, du coup c'est le première fois qu'on leur demande des papiers, donc oui, ils sont quand même stressés, angoissés, cela leur fait peur. Mais ils ont aussi peur de ne plus pouvoir voter en France, de ne pas toucher leur retraite en Grande Bretagne... On essaye de les rassurer, on fait au mieux, et on leur dit que la procédure est simple et rapide" explique la responsable.

Pas de vague de départs, mais plutôt... d'arrivées !

Et tous semblent vouloir demander ce titre de séjour. Pas de mouvement de retour en Grande-Bretagne, bien au contraire raconte Roger Haigh, président de l'association franco-british network en Dordogne : "Il n'y a pas de départs. Au contraire. Nous la FBN on reçoit pas mal de demandes de personnes qui sont encore en Grande-Bretagne. Et qui veulent ouvrir une micro entreprise en France. Et qui savent maintenant qu'il faut qu'ils le fassent avant le 31 décembre. Autrement, s'ils font une demande après, ce ne sera pas la même chose au niveau administratif, ils seront considérés comme n'importe quel autre pays non européen. La façon dont cela se passe en Grande-Bretagne aujourd'hui, je pense que une majorité de Britanniques ont réalisé vraiment ce que veut dire le mot "Brexit", et donc non cela ne m'étonne pas trop qu'il y ait des demandes en augmentation de personnes qui aimeraient venir s'installer ici. Quand vous voyez ce que l'on a ici en France, au niveau santé par exemple, c'est bien bien meilleur qu'en Grande-Bretagne" estime-t-il.

Les sujets de sa majesté ont jusqu’au 1er octobre 2021 pour décrocher leur titre de séjour français et pouvoir continuer à déguster tranquillement du foie gras du Périgord et du Monbazillac en Dordogne.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess