Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Brexit : les britanniques du Limousin ne pourront ni voter, ni se présenter aux élections municipales

-
Par , France Bleu Limousin

C'est un effet collatéral du Brexit très surprenant : les ressortissants britanniques installés en Limousin ne pourront pas voter aux prochaines élections municipales, et encore moins s'y présenter! Alors que certains siégeaient jusqu'ici sans problème dans les conseils municipaux.

Andrew Nixey (à gauche) aux côtés du Maire Pierre Bachellerie, devant la Mairie de Saint-Martial-sur-Isop
Andrew Nixey (à gauche) aux côtés du Maire Pierre Bachellerie, devant la Mairie de Saint-Martial-sur-Isop © Radio France - Alain Ginestet

Il approche, il approche... Le Bexit sera effectif à la fin du mois, le 31 janvier. Le Royaume Uni va donc quitter l'Union Européenne, ce qui inquiète beaucoup les britanniques qui vivent en Limousin.

Mais à l'approche des élections municipales, un "effet collatéral" inattendu se fait jour: les ressortissants britanniques installés chez nous ne pourront pas voter aux prochaines élections municipales, et encore moins être candidats à ce scrutin. C'est d'autant plus surprenant que certains d'entre eux, installés depuis des années dans notre région, siégeaient jusqu'ici sans problème dans les conseils municipaux.

A Sanint-Martial-sur-Isop, un tiers de la population (140 habitants) est britannique! - Radio France
A Sanint-Martial-sur-Isop, un tiers de la population (140 habitants) est britannique! © Radio France - Alain Ginestet

A Saint-Martial-sur-Isop, dans le Nord de la Haute-Vienne, le cas d'Andrew Nixey fait beaucoup parler. Dans ce village de 140 habitants (dont un tiers de ressortissants venus d'Outre-Manche!) ce britannique, arrivé en France en l'an 2000, siégeait depuis 18 ans au conseiller municipal, mais sûrement plus pour très longtemps. "Malheureusement, à cause du Brexit, je ne pourrai pas me représenter au Conseil, parce que je n'ai pas la nationalité française" confirme-t-il à France Bleu Limousin. "J'ai fait une demande, mais cela prend un an, voire 18 mois, pour avoir une réponse", explique-t-il.

S'ils n'étaient pas là, nos communes seraient quoi ? Rien du tout !

Andrew ne pourra par ailleurs plus voter. Une injustice pour le Maire Pierre Bachellerie, conscient que les anglais, très investis, ont en quelque sorte "sauvé le village". "Nous sommes une commune où l'on maintient les habitants depuis plusieurs années grâce aux Britanniques", dit-il sans détour, "_ils paient leurs charges et leurs impôts sur la commune_, ce qui fait que Saint-Martial revit depuis qu'ils sont là", poursuit-il, reconnaissant que les anglais participent activement à la vie associative et sociale du bourg.

Les anglais participent activement à la vie associative et sociale de Saint-Martial-sur-Ispo, reconnaît le Maire - Radio France
Les anglais participent activement à la vie associative et sociale de Saint-Martial-sur-Ispo, reconnaît le Maire © Radio France - Alain Ginestet

"S'ils n'étaient pas là, nos communes seraient quoi ? Rien du tout", assène Pierre Bachellerie qui en appelle à la Préfecture et donc à l'Etat, pour qu'il accélère les procédures de naturalisation, afin de ne pas perdre ces élus locaux devenus indispensables. "_Qu'on leur donne la nationalité rapidement_, de façon à ce qu'ils puissent se représenter" conclut-il. Car les listes pour les municipales doivent être bouclées avant le 27 février, avec ou sans candidat britannique...

Explosion des demandes de titres de séjour en Préfecture

Plus le Brexit se profile, plus les demandes de naturalisation sont nombreuses. Quant aux demandes de titres de séjours, elles ont tout simplement explosé! En Haute-Vienne, alors qu'il y en avaient eu 58 en 2017, et 850 en 2018, la Préfecture en a enregistré 945 entre le 1er janvier et le 1er octobre 2019, avant qu'un service (national) en ligne dédié soit créé : 212 ressortissants britanniques installés en Haute-Vienne s'y sont inscrits (en plus des autres demandes donc) depuis sa création !

Margaret a lancé sa démarche il y a un an, en janvier 2019. "Nous n'avons toujours pas reçu de réponse" se désole-t-elle, "mais je crois qu'il y a beaucoup de demandes en ce moment" convient-elle. 

Keith, également installé à Saint-Martial-sur-Isop, craint aussi que le Brexit complique la vie des britanniques installés en France. Il est donc éventuellement prêt à passer à l'étape suivante, celle de la naturalisation, pour ne pas courir le risque d'avoir un jour à quitter la France. "Je suis retraité ici parce que la France est un bon endroit pour vivre, il y a moins de gens, du bon air frais, un meilleur mode de vie" sourit-il.

Nous adorons la France. Pourquoi ? Parce que c'est notre vie

Quant à Margaret, elle ne se voit pas non plus re-franchir la Manche. "Nous adorons la France. Pourquoi? Parce que c'est notre vie", explique-t-elle: "nous sommes venus, nous travaillons, notre vie est ici, nous amis sont ici", conclut-elle. Et c'est pour conserver ce "french way of life" qu'elle fera toutes les démarches possibles pour rester en Haute-Vienne.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu